Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Le maire de Saint-Ouen remet les clés de l'association Mains d’œuvres à la justice

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Paris

Le maire de Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis) s'est rendu au tribunal de Bobigny ce lundi 20 janvier pour remettre les clés du bâtiment que doit réintégrer Mains d’œuvres, directement à la justice plutôt qu'à l'association.

William Delannoy, maire (UDI) de Saint-Ouen remet les clés de Mains d’œuvres au tribunal de grande instance de Bobigny le 20 janvier 2019
William Delannoy, maire (UDI) de Saint-Ouen remet les clés de Mains d’œuvres au tribunal de grande instance de Bobigny le 20 janvier 2019 © Radio France - Hajera Mohammad

Saint-Ouen, France

Écharpe tricolore sur l'épaule, William Delannoy, le maire (UDI) de Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis) arrive au tribunal de grande instance de Bobigny, ce lundi après-midi, accompagné d'un huissier. 

Le maire toujours remonté contre le tribunal

Il dépose lui-même les clés sur un comptoir à l'accueil du bureau des greffes. L'élu est toujours très remonté après la décision de la juge qui a ordonné la semaine dernière, la réintégration de Mains d’œuvres dans son bâtiment historique. William Delannoy répète que les conditions de sécurité ne sont pas garanties pour accueillir le public : "Le maire est toujours responsable pénalement quand il y a un sinistre, mais les gens qui prennent ces décisions eux, ne sont jamais responsables de quoique ce soit !" La ville souhaite aussi récupérer les locaux pour y construire un conservatoire municipal.

À moins d'un mètre, Juliette Bompoint, la directrice de Mains d’œuvres, écoute mais aucun échange avec l'élu. Le dialogue est rompu. Elle, rappelle que des contrôles de sécurité ont été effectués en février 2019 et qu'ils ne remettaient pas en cause l'accueil du public sur place. "La situation est assez ubuesque", déplore-t-elle.

L'association attend toujours les clés

Une fois les clés déposées au tribunal, William Delannoy s'en va. Juliette Bompoint espère récupérer le trousseau mais impossible.  Une responsable du greffe explique que  le maire devait les remettre en mains propres à la directrice. Malgré plusieurs minutes de négociation et des coups de fils à l'avocat de l'association, Juliette Bompoint repart sans les clés. Elles seront renvoyées à la mairie qui devra  les lui remettre. "Le plus vite possible", espère la directrice "parce qu'une partie de nos ressources, 60%, sont liées au bâtiment donc on a besoin que l'activité reprenne rapidement pour maintenir l'emploi". Depuis trois mois, 25 salariés et plus de 200 artistes sont privés de leur lieu de travail.

Le maire de Saint-Ouen remet les clés de Mains d’œuvres à la justice - reportage au tribunal de Bobigny

La mairie de Saint-Ouen, elle, encourt une amende de 10 000 € par jour pour ne pas avoir rendu l'accès aux lieux à Mains d’œuvres.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu