Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le maire de Tulle porte plainte après la découverte de tags insultants

mardi 15 mai 2018 à 18:10 Par Philippe Graziani, France Bleu Limousin

Bernard Combes en colère contre les tags. Le maire de Tulle vient de porter plainte après la découverte le week-end dernier d'une quinzaine de graffitis sur les murs de la ville. La plupart étaient en outre insultants envers des élus et la police.

Le maire de Tulle a déposé plainte contre les taggeurs
Le maire de Tulle a déposé plainte contre les taggeurs © Radio France - Philippe Graziani

Tulle, Corrèze

Ce n'est pas la première fois évidemment que des tags sont découverts sur des murs à Tulle. Mais cet épisode est massif.  Ce sont une quinzaine de graffitis qui ont été apposés cette fois dans différents secteurs de la ville. Tous étaient en lien visiblement avec les projets contestés de l'usine à pellets de Toy-Viam et la campagne d'élagage des bords des routes. Mais en plus cette fois la plupart étaient outranciers voire insultants envers des responsables politiques ou la police. Ces tags ont été effacés mais on peut en voir quelques uns sur la page Facebook de Tulle.

1.000 à 1.200 euros par tag

Trop c'est trop donc pour le maire de Tulle qui a porté plainte contre les auteurs de ces tags. "J'ai du personnel municipal qui a autre chose à faire que d'effacer les promenades "graffitesques" des manifestants du week-end" s'insurge Bernard Combes. Qui rappelle que l'effacement des tags et la remise en état des murs ont un coût important, assumé par le contribuable, environ 1.000 à 1.200 euros pour chaque graffiti. "Si ça continue ça nous conduira à utiliser un jour ou l'autre un mode de vidéo surveillance". Et de conclure : "On ne peut pas continuer comme ça. C'est une attitude vraiment insupportable".