Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le maire de Wissous sera jugé le 14 juin pour "violence avec menace d’une arme"

mardi 10 avril 2018 à 20:18 Par Valentin Dunate, France Bleu Paris et France Bleu

Après deux jours de garde à vue, Richard Trinquier a été déféré et placé sous contrôle judiciaire. Il sera jugé le 14 juin prochain à Evry. Dimanche, le maire de cette commune de l’Essonne a menacé une famille de la communauté des gens du voyage, armé d’un katana et équipé d'un gilet pare-balle.

Richard Trinquier était armé d'un katana
Richard Trinquier était armé d'un katana © Maxppp - Hans Wiedl/picture alliance /zb/

Wissous, France

La Procureure de la République d’Evry a donné des précisions sur les faits qui se sont déroulés dimanche après-midi à Wissous (Essonne), à l’issue de la garde à vue de près de 48h de Richard Trinquier. Le maire de Wissous, surnommé "le Shérif", a été déféré et placé sous contrôle judiciaire. Il sera jugé le 14 juin prochain pour "violence avec menace d’une arme " et "port d’arme" de catégorie B (glock 43) et D (katana). 

Richard Trinquier a brandi le katana devant les policiers 

Concernant le katana, le parquet d’Evry indique que le maire l’a "brandi devant les fonctionnaires de police". Par ailleurs, les policiers ont retrouvé une arme de poing, un Glock 43 "chargé de munition" que le maire "tentait de dissimuler dans son véhicule". Une arme que Richard Trinquier conteste avoir portée au moment des faits. 

La femme du maire a dissimulé des armes 

Au total, 12 armes lui appartenant ont été saisies chez un ferrailleur de l’Essonne. L’épouse de Richard Trinquier a admis avoir dissimulé ces armes et modifié les preuves du délit. Sur les 12 armes, trois étaient détenues sans déclarations. Un membre de cette communauté des gens du voyage sera jugé le même jour pour les même faits. Cet homme est accusé d’avoir menacé les policiers municipaux et le maire avec un fusil de chasse .