Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le maire LR des 6e et 8e arrondissement de Marseille réclame la dissolution des groupes politiques extrémistes

mardi 28 novembre 2017 à 15:36 Par Thibault Maisonneuve, France Bleu Provence

Invité de France Bleu Provence ce mardi, Yves Moraine, maire du 4e secteur de Marseille, demande la dissolution de l'Action française et du Front révolutionnaire antifasciste de Provence, à l'origine d'affrontements violents dans le quartier de la Plaine depuis deux ans.

Yves Moraine, maire LR des 6e et 8e arrondissements de Marseille
Yves Moraine, maire LR des 6e et 8e arrondissements de Marseille © Maxppp -

Marseille, France

Invité de France Bleu Provence ce mardi, Yves Moraine, maire des 6e et 8e arrondissements de Marseille demande la dissolution de l'Action française et du Front révolutionnaire antifasciste de Provence, à l'origine d'affrontements violents dans le quartier de la Plaine.

Affrontements entre l'Action française et les antifas

Depuis près de deux ans, ces deux groupes se réclamant de l'ultra-droite et de l'ultra-gauche s'affrontent régulièrement dans le secteur de la rue Navarin dans le 6e arrondissement de Marseille, où l'Action Française possède un local. Par deux fois, la moitié d'une compagnie de CRS a bloqué la rue. Fin juillet, une bombe artisanale de faible puissance avait dégradé la porte d'entrée du local.

Des habitants "saturés"

La présidente du comité de quartier (CIQ) de Notre-Dame-du-Mont affirme que "les habitants sont saturés". Patricia Tampano raconte que parfois "des guetteurs sont installés de chaque côté de la rue". Et de détailler : "Des murs sont tagués, recouverts d'affiches partisanes."

"Le 14 octobre dernier, la rue a été bloquée de 14h à 20h.Des habitants et les clients d'un restaurant n'ont pas pu sortir", proteste la responsable de ce CIQ qui en appelle aux autorités : "Lenvironnement de la rue s'est dégradé."

"Je dis que cela ne peut plus durer." (Yves Moraine sur France Bleu Provence)

Yves Moraine qui a recontré des représentants du quartier dénonce des bagarres et des agressions. "Il n'est pas question que les habitants de la rue Navarin continuent à pâtir de deux groupes qui viennent se faire leur publicité et leurs entraînements pour défendre des idéologies odieuses".

Yves Moraine affirme qu'il a eu des conversations avec des responsables de la préfecture de police. "Je dis que cela ne peut plus durer".

Yves Moraine en appelle à l'État : "le ministre de l'Intérieur peut envisager la dissolution des groupes politiques violents. Le préfet de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur peut interdire toute manifestation sur la voie publique de ces groupes. La préfecture de police peut veiller au respect absolu de ces interdictions et appréhender ceux qui violeraient ces interdictions. Et toutes les administrations peuvent vérifier les locaux, en l’occurrence ceux occupés par l'Action française".

Car, souligne l'élu, "les habitants ont droit à la tranquilité. C'est ce que l'État leur doit", conclut le président du groupe LR au conseil municipal de Marseille.