Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Immeubles effondrés à Marseille

Le manque d’entretien des immeubles anciens de Marseille en question

mercredi 7 novembre 2018 à 17:53 Par Philippe Boccara, France Bleu Provence

Dans l'hypercentre de Marseille ou près de la moitié des résidents vivent dans des logements délabrés, insalubres, selon des associations, la peur grandit. Certains propriétaires négligents, notamment les marchands de sommeil, n’entretiennent pas leurs biens.

Les deux immeubles effondrés rue d'Aubagne à Marseille
Les deux immeubles effondrés rue d'Aubagne à Marseille © Radio France - Bataillon de marins-pompiers de Marseille

Marseille, France

Les appartements construits fin 18e, début du 19e siècle sont réalisés avec des matériaux  anciens, ils nécessitent un entretien. Et cela n’est pas toujours respecté. Ces immeubles  de trois ou quatre étages appelés  les "trois fenêtres marseillais" sont collés les uns aux autres dans des rues étroites comme la rue d’Aubagne. Ils ont été construits avec les matériaux de l’époque. Il s’agit de pierres, de sable, de bois, de plâtre et des canisses. Ils nécessitent donc notamment une isolation efficace de l’eau avec un toit en parfait état.

Les locataires de ces appartements, si les travaux courants ne sont pas réalisés, se retrouvent dans des situations délicates. Cela parce que les délais administratifs de recours et d’intervention des pouvoirs publics, de la justice, sont très longs, souvent plusieurs années. Pendant ce temps, les effets des dégradations sont croissants. C’est probablement ce qui s’est passé rue d’Aubagne, selon Maxime Repaux, architecte et conseiller au syndicat des architectes des Bouches-du-Rhône. L’eau s’est infiltrée et a fragilisé les structures, notamment en bois, de l’immeuble. 

Selon le président de la fédération du bâtiment et des travaux publics des Bouches-du-Rhône, Philippe Deveau, une meilleure communication et de la pédagogie sont désormais indispensables auprès des propriétaires de ces immeubles. Mais avant, comme le préconise le ministre de l’Intérieur, dans un premier temps, un contrôle approfondi généralisé doit être mis en place.