Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le Mans : des centaines de personnes ont observé une minute de silence au commissariat pour le policier tué

-
Par , France Bleu Maine, France Bleu

Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées au commissariat du Mans, ce samedi 8 août, à 21h30. Elles ont observé une minute de silence en hommage à Eric Monroy, le brigadier de 43 ans tué dans la nuit du mercredi 5 au jeudi 6 août 2020.

Des brigadiers de nuit, les collègues du policier tué, sont à l'initiative de cet hommage.
Des brigadiers de nuit, les collègues du policier tué, sont à l'initiative de cet hommage. © Radio France - Clémentine Sabrié

Des collègues du policier tué, des agents de la police municipale, des pompiers, des familles de policiers, mais aussi des anonymes ont observé une minute de silence pour honorer la mémoire d'Eric Monroy, ce samedi 8 août, à 21h30, dans la cour du commissariat du Mans. Ce brigadier de nuit de 43 ans a perdu la vie lors d'une intervention jeudi 6 août. En plus des dizaines de personnes en uniforme, 200 civils étaient présents.

A l'initiative de cet hommage, des "nuiteux", les policiers qui travaillent la nuit, des collègues d'Eric Monroy. Après la minute de silence, une policière s'effondre en larmes. Les autres restent silencieux. "On ne sait jamais sur quoi on va tomber en partant la nuit", témoigne un brigadier nocturne qui souhaite rester anonyme. Il occupe ce poste au Mans depuis plus de 15 ans. "Cela peut très bien se passer, comme très mal." Une de ses collègues explique que ce qui aggrave souvent la situation c'est la consommation d'alcool et de stupéfiants. "Les problèmes avec l'alcool, ce n'est pas que le vendredi ou le samedi. Cela peut aussi être le reste de la semaine avec des différends familiaux violents", précise le premier. Tous les deux notent une augmentation de l'agressivité des personnes interpellées ces dernières années.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess