Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le Mans : deux mamans d'enfants handicapés perchées sur une grue, place de la République

jeudi 13 septembre 2018 à 8:47 Par Pierre-Antoine Lefort et Julie Le Duff, France Bleu Maine et France Bleu

Deux mamans ont grimpé sur la grue du chantier de la Visitation, place de la République ce jeudi matin à l'aube. Elles dénoncent le manque de structures adaptées pour leurs enfants handicapés.

Deux mamans sont perchées en haut d'une grue, ce jeudi matin, au Mans. Elles dénoncent le manque de structures pour leurs enfants handicapés.
Deux mamans sont perchées en haut d'une grue, ce jeudi matin, au Mans. Elles dénoncent le manque de structures pour leurs enfants handicapés. © Radio France - Julie Le Duff

Le Mans, France

Elles sont perchées à environ 40 mètres de haut. Deux mamans d'enfants handicapés sont montées en haut de la grue du chantier de la Visitation,  place de la République au Mans, ce jeudi matin. Elles dénoncent le manque de structures adaptées pour leurs enfants. En novembre dernier déjà, les deux femmes étaient déjà grimpées en haut d'une grue, à Paris.

Deux proches de Sylvie Souchard sont présents pour témoigner leur soutien aux deux mères de famille juchées en haut de la grue, en centre-ville du Mans - Radio France
Deux proches de Sylvie Souchard sont présents pour témoigner leur soutien aux deux mères de famille juchées en haut de la grue, en centre-ville du Mans © Radio France - Jérôme Collin

Les deux femmes, originaires de Coulaines et de Champagné, ont accroché une banderole sur la nacelle. "Monsieur Macron il faut agir vite. Pas de structures adaptées. 11 000 enfants sans AVS." Les AVS, auxiliaires de vie scolaire, accompagnent le jeune porteur de handicap pour qu'il puisse vivre une scolarité normale.  Elles veulent rappeler à Emmanuel Macron ses promesses faites pendant la campagne sur la prise en charge du handicap. 

Les pompiers du Grimp, le Groupe de reconnaissance et d'intervention en milieu périlleux, sont arrivés sur place peu après 7H30. Deux hommes sont montés pour dialoguer avec les mamans et tenter de les faire redescendre. Sans succès.

Sentiment d'abandon

Sylvie Souchard  se sent abandonnée par les pouvoirs publics. "Il y a 500 gamins par département qui sont sur le carreau, à un moment, il faut faire bouger les choses. _Nous sommes montées sur une grue pour que les gens comprennent qu'il y a un "putain" de problème avec le handicap_", s'indigne la maman d'un garçon atteint du syndrome de Sotos.

L'élue mancelle chargée du handicap Sophie Moisy s'est rendue très tôt sur les lieux. Si elle regrette ce mode d'action qu'elle juge dangereux, elle comprend la détresse exprimée par les deux mères de famille et le fait qu'elles rappellent Emmanuel Macron à ses engagements lors de la campagne : "J'ai rencontré la Secrétaire d'état, elle a conscience des difficultés mais aujourd'hui on ne peut que constater le manque d'AVS dans nos écoles. Des enfants qui devraient être scolarisés restent à la maison, les parents n'ont pas de répit. Des enfants plus âgés n'ont pas de solution alors qu'ils devraient être accueillis en structure. On voit grandir les enfants qui arrivent à l'âge adulte sans solution pour être reçus dans le droit commun comme les autres enfants".