Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le Mans : Marlène Schiappa dénonce "une quarantaine de gilets jaunes furieux qui ont déboulé" devant chez elle

-
Par , France Bleu Maine, France Bleu

La secrétaire d'État à l'Égalité femmes/hommes dénonce ce lundi sur son compte Facebook les agissements de "gilets jaunes" venus manifester devant son domicile du Mans. Dans la nuit de vendredi à samedi, ils auraient "hurlé des slogans agressifs, des menaces de mort" selon Marlène Schiappa.

Marlène Schiappa, secrétaire d'Etat chargée de l'Egalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations
Marlène Schiappa, secrétaire d'Etat chargée de l'Egalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations © Radio France - Emmanuel Claverie

Le Mans, France

"J'ai une ligne rouge, on ne touche pas aux enfants" : ce sont les mots écrits par Marlène Schiappa dans un post Facebook ce lundi matin. La secrétaire d'État à l'Egalité femmes/hommes dénonce le comportement d'une "quarantaine de gilets jaunes" venus manifester sous les fenêtres de son domicile du Mans dans la nuit de vendredi à samedi. 

"Slogans agressifs et menaces de mort"

Sur son compte Facebook personnel, Marlène Schiappa raconte la scène : "Nous dormions, mon mari, nos deux enfants, une amie de notre fille cadette venue pour le week-end, et moi-même chez nous, au Mans. Peu avant une heure du matin, nous avons été violemment tirés du lit par une quarantaine de gilets jaunes furieux qui ont déboulé devant chez nous sous nos fenêtres en hurlant des slogans agressifs, des menaces de mort, en jetant des pétards vers la maison avec des outils sifflets cornes de brunes etc."

"Je vous laisse imaginer l’effet sur des enfants endormis des bruits de détonation couplés aux bruits de frappe sur les portes / fenêtres et « Schiappa, on est venu te crever ! » et assimilés adressés à leur mère."

Toujours selon Marlène Schiappa, les gilets jaunes présents ont "tagué les environs et la chaussée", "dégradé la porte en collant une affiche anticapitaliste / antipolice / anti ordre".

Une plainte déposée

La secrétaire d'État annonce sur Facebook avoir porté plainte contre les manifestants : "Je donne rendez-vous à ces « gilets jaunes » en pleine journée, sans leurs pétards et leurs outils, sans enfants à terroriser, dans la salle du tribunal pour répondre de leurs actes devant la justice".