Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Retrouvez les résultats définitifs du second tour des Municipales, commune par commune

Tous les résultats

Le Mans : une centaine de policiers manifestent pour demander le soutien du gouvernement

-
Par , France Bleu Maine
Le Mans, France

Une centaine de policiers manceaux se sont rassemblés devant la préfecture ce vendredi midi pour rejeter les accusations de violence lancées dans des manifestations régulières, et demander au ministre de l'Intérieur de les soutenir.

Les agents de police ont déposé des menottes au sol devant la préfecture.
Les agents de police ont déposé des menottes au sol devant la préfecture. © Radio France - Alexandre Chassignon

Près de 100 policiers, soit un quart des effectifs du commissariat du Mans, se sont réunis ce vendredi midi devant la préfecture de la Sarthe pour dire qu'ils refusent d'être accusés de racisme ou confondus avec la police américaine. Pour dire aussi au ministre de l'Intérieur Christophe Castaner qu'ils attendent du soutien de sa part.

En cause surtout l'interdiction de la technique dite "de l'étranglement" - à nouveau autorisée depuis. Inconcevable pour Vincent un policier manceau : "C'est la seule technique qui nous permet de maîtriser quelqu'un en sécurité. Ce n'est certainement pas agréable mais nous l'enlever c'est mettre tout le monde en danger. Le but n'est pas de faire mal, c'est d'interpeller et de présenter à la justice."

"Pas de lien avec les Etats-Unis"

Selon les manifestants cette décision du ministre a accrédité l'idée d'une police violente. "Il n'y a pas de lien à faire avec les Etats-Unis", insiste Julien Bernard, du syndicat France Police. "Le ministre a réagi sous la pression" interprète Ana Berthe, secrétaire départementale du syndicat Alliance. Pour renouer la confiance elle attend des décisions concrètes, notamment sur les conditions de travail des policiers.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu