Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le Mans : une mère et sa fille jugées pour un trafic de faux parfums de luxe

-
Par , France Bleu Maine, France Bleu
Le Mans, France

Le tribunal du Mans s'est penché ce lundi 6 juillet sur une importante affaire de contrefaçon. Une mère et sa fille sont poursuivies pour avoir vendu de faux parfums de luxe entre 2017 et 2019.

Au total, près de 4.000 faux flacons de parfums de luxe ont été saisis
Au total, près de 4.000 faux flacons de parfums de luxe ont été saisis © Maxppp - Jean-François Frey

Elles vendaient de faux parfums de luxe pour leur entourage. Une mère et sa fille ont été jugées pendant près de 2h30 ce lundi 6 juillet par le tribunal du Mans pour "détention et vente de marchandise contrefaisante". Des faits reconnus par les deux prévenues et qui ont été commis entre 2017 et 2019

Près de 4.000 flacons saisis de 158 marques différentes

Ces ventes de faux parfums de luxe ont été révélées à la suite d'un contrôle des douanes au centre de tri postal de Monthéard au Mans. Un premier coup de filet avec la découverte de colis contenant 1.200 petits flacons de parfums tous envoyés à la même adresse. Le destinataire est une femme de 58 ans, animatrice en grandes surfaces. A son domicile, les douaniers vont retrouver 2.600 autres flacons, uniquement des contrefaçons, qui représentent une valeur marchande de plus de 240.000 euros.

La quinquagénaire affirme qu'elle se fournissait auprès d'un réseau parisien avant de les revendre à des proches, des connaissances. De faux flacons de Chanel, Guerlain, Givenchy, Kenzo (au total, 158 marques différentes ont été recensées) qu'elle bradait à 10 euros ou moins.  

La contrefaçon comme une addiction

Un complément de revenu qui est rapidement devenu une addiction. "Elle ne faisait plus que ça", raconte sa fille, la vingtaine, elle aussi embarquée dans ce trafic de faux parfums.

Les deux femmes risquent gros, en dehors de peines de prison avec sursis requises par le parquet, des amendes douanières (plus de 250.000 euros) et surtout les dommages et intérêts réclamés par les différentes marques de luxe. Soit un total qui dépasserait plusieurs centaines de milliers d’euros de remboursements.  

Le jugement a été mis en délibéré et sera prononcé le 11 septembre.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess