Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le mari et assassin présumé de Razia à Besançon doit être remis ce vendredi aux autorités françaises

vendredi 30 novembre 2018 à 15:59 Par Dimitri Imbert, France Bleu Besançon

Le suspect numéro 1 dans le meurtre de Razia en pleine rue fin octobre à Besançon doit être extradé ce vendredi soir vers la France. Rafid Askari le mari de cette Afghane de 34 ans a avoué le meurtre de son épouse, tuée de plusieurs coups de couteau dont un mortel à la gorge.

Le mari et assassin présumé de Razia avait été repéré par les caméras de vidéo-surveillance alors qu'il la suivait sur les lieux du crime.
Le mari et assassin présumé de Razia avait été repéré par les caméras de vidéo-surveillance alors qu'il la suivait sur les lieux du crime. - Police nationale

Besançon

Il doit être remis ce vendredi soir aux autorités françaises. Le mari et assassin présumé de Razia doit être extradé à Besançon par les autorités grecques. Razia, jeune Afghane de 34 ans et mère de deux enfants, a été poignardée à mort en pleine rue fin octobre dans le quartier de St Ferjeux. 

Présenté à un magistrat bisontin la semaine prochaine

Son mari doit donc être remis aux autorités judiciaires françaises à l'aéroport de Roissy ce vendredi soir. Il sera présenté à un juge des libertés et de la détention à Bobigny puis à un magistrat instructeur de Besançon en début de semaine prochaine. Cet Afghan de 38 ans avait été arrêté par les policiers grecs à l'aéroport d'Athènes trois jours après la mort de son épouse. 

A Besançon une manifestation de solidarité avait réuni plusieurs centaines de personnes. En 2016, 123 femmes ont été tuées en France par leur conjoint ou leur ex-compagnon. Soit environ une tous les trois jours.