Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Cognin : le masque inclusif attendu à l’Institut National de Jeunes Sourds

-
Par , France Bleu Pays de Savoie

La rentrée est difficile à l’Institut National de Jeunes Sourds (INJS), à Cognin (Savoie), près de Chambéry. Les élèves doivent suivre des cours avec des professeurs masqués à cause de la crise du Covid-19. Le problème, c’est que la langue des signes s’appuie aussi sur les expressions du visage.

Vivement l'arrivée des masques transparents, pour enfin pouvoir lire sur les lèvres !
Vivement l'arrivée des masques transparents, pour enfin pouvoir lire sur les lèvres ! © Radio France - Anabelle Gallotti

L'impatience des 110 élèves de l'institut national des jeunes sourds et malentendants de Cognin (Savoie), près de Chambéry. C'est l'un des plus importants en France. Jeunes et enseignants attendent la commande des masques inclusifs, des masques, en partie transparents permettant la lecture sur les lèvres. L’institut a commandé  1000 masques qui devraient arriver d'ici dix jours, selon le directeur Ludovic Lotodé

"Avec cette crise, les sourds sont encore plus exclus qu’avant" - Sandrine Dursapt, responsable socio-éducatif

La langue des signes s'appuie aussi sur des expressions du visage et quand il est caché sous les masques, ces jeunes perdent une grande partie des informations. 

"Dans les conditions actuelles, avec les professeurs masqués, les journées de cours sont épuisantes pour ces jeunes" - Ludovic Lotodé, directeur

Le témoignage de Rabia, dans la voix de Judith de l'institut

Rabia est en terminale, bac professionnel, accompagnement à la personne : "C'est difficile de communiquer en classe, on ne voit pas les expressions du visage. Pour moi c'est difficile de comprendre, j'ai besoin des signes et du visage. C'est anxiogène, j’angoisse pour la fin des études, c'est quand même la terminale. Pour moi la vie est difficile en ce moment, le confinement, le virus, les masques. C'est une période difficile". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess