Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dans les rues de Strasbourg, ce mardi soir.

Attaque mortelle à Strasbourg : ce que l'on sait de la fusillade qui a fait au moins trois morts et 13 blessés

Faits divers – Justice

Meurtre de Kévin à Mourmelon : un mineur et la petite amie de la victime mis en examen pour assassinat

mercredi 6 juin 2018 à 14:56 - Mis à jour le mercredi 6 juin 2018 à 22:30 Par Aurélie Jacquand et Viviane Le Guen, France Bleu Champagne-Ardenne et France Bleu

Un mineur et la petite amie de Kévin, poignardé à mort samedi dans un parc de Mourmelon-le-Grand (Marne), ont été mis en examen pour assassinat et placés en détention provisoire mercredi soir.

A l'entrée du Parc du bois des soeurs à Mourmelon-le-Grand, les habitants ont déposé des fleurs à la mémoire de Kévin
A l'entrée du Parc du bois des soeurs à Mourmelon-le-Grand, les habitants ont déposé des fleurs à la mémoire de Kévin © Radio France - Philippe Rey-Gorez

Mourmelon-le-Grand, France

Un mineur et la petite amie de Kévin, poignardé à mort samedi dans un parc de Mourmelon-le-Grand (Marne), ont été mis en examen pour assassinat et placés en détention provisoire mercredi soir.

Dans la matinée, le parquet de Châlons-en-Champagne avait décidé de se dessaisir de la procédure au profit du parquet de Reims, seul compétent pour les faits de nature criminelle. Aussitôt le parquet de Reims avait ouvert une information pour assassinat, sous-entendant que les faits avaient été prémédités.

Des amants diaboliques ?

"Si la participation du jeune garçon semble relativement cernée, celle de la jeune fille et son rôle méritent d'être encore largement précisés (...) Je ne peux que m'interroger pour savoir si j'ai de nouveaux amants diaboliques ou si j'ai une logique de bras armé avec une tête criminelle", a déclaré Matthieu Bourrette, procureur de Reims, lors d'une conférence de presse.

Dès le début de l'enquête, des contradictions étaient apparues entre le témoignage de la jeune fille, qui se trouvait avec Kévin au moment des faits, et les éléments révélés par les investigations. "Tout était faux", selon le procureur de Reims qui a souligné qu'elle avait sciemment aiguillé les enquêteurs sur une fausse piste.