Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le meurtre du kiosque du Parc Beaumont à Pau devant la cour d'assises

mercredi 30 novembre 2016 à 18:30 Par Daniel Corsand, France Bleu Béarn

Dans la nuit du 24 au 25 juillet 2014, David Piechoka est mort après avoir reçu plusieurs coups de couteau dans le parc Beaumont à Pau. Rémy Martin a été arrêté sur les lieux après avoir fait prévenir la police. Il est jugé par la cour d'assises des Pyrénées-Atlantiques ce jeudi.

Le kiosque du Parc Beaumont où le corps de la victime a été retrouvé
Le kiosque du Parc Beaumont où le corps de la victime a été retrouvé © Radio France - Jean-Philippe Girard

Pau, France

Un meurtre est jugé devant la cour d’assises à Pau ce jeudi et vendredi. On juge Rémy Martin, 38 ans, pour avoir tué David Piechoka, 40 ans, de plusieurs coups de couteau. Cela s’est passé dans la nuit du 24 au 25 juillet 2014, à Pau. Le corps de la victime a été retrouvé tout près du kiosque du parc Beaumont. L’auteur reconnait les faits mais il y a débat sur les circonstances.

Qui a commencé ?

La cour devra choisir entre deux versions. Celle de Rémy Martin, l’accusé, et celle des amis de la victime, David Piechoka. Rémy Martin raconte qu’il se promenait parc Beaumont et qu'il est tombé sur un groupe de marginaux. Ils l'auraient agressé pour lui voler son portable et sa carte bleue. Ensuite il s’est écarté avec David Piechoka. Il y a alors un deuxième épisode de violences et ce coup de couteau mortel qui a touché l’artère fémorale, au niveau de la cuisse. Les amis de la victime disent que c’est Rémy Martin qui s’est montré agressif.

"J'ai planté un type"

Les deux s’entendent sur la fin de l’histoire. Rémy Martin est allé trouver le portier du casino pour dire qu’il avait "planté un type". La difficulté c’est que tout le monde avait beaucoup bu cette nuit-là. Donc les souvenirs posent problème. Et puis beaucoup de témoins SDF se sont volatilisés. Il n’y a personne, pas même la famille, pour se constituer partie civile au nom de la victime. C’est une autre particularité de ce procès.

Le procès va durer deux jours. Verdict vendredi soir.