Faits divers – Justice

Le meurtre sur le parking du supermarché Cora de Metz Borny devant les assises de Moselle

Par Cécile Soulé, France Bleu Lorraine Nord lundi 18 janvier 2016 à 8:43

La victime a été tuée vers 20h40, un peu avant la fermeture du magasin
La victime a été tuée vers 20h40, un peu avant la fermeture du magasin © Maxppp - Maury Golini

La 1er session d'assises de l'année débute ce lundi 18 janvier avec une affaire de meurtre. La victime, Tahiry Robert, 29 ans, a été tuée sur le parking du supermarché Cora de Metz-Borny le 27 mai 2013. Le meurtrier présumé, Andy Wambanu, 21 ans aujourd'hui, se disait menacé à cause d'une dette.

 L'accusé avait aussi blessé d'un coup de feu à la cuisse le frère de la victime, deux mois avant. Les trois hommes avaient un contentieux mais à cause de quoi? Les avis divergent.

Pour l'accusé, c'est clair: il s'agit d'une dette de drogue. La famille de la victime, elle, le conteste formellement. Une chose est sûre: Andy, petit délinquant du quartier, ne veut pas rembourser l'argent, il se sent menacé par les frères Robert, qu'il connait bien : tous habitent le quartier de Borny et leurs familles fréquentent la même paroisse chrétienne évangéliste. 1er incident le 1er avril 2013: l'accusé croise le frère de la victime, le ton monte, il le blesse à la cuisse avec son arme, un pistolet automatique.

Evasion de la prison de Sarreguemines

Tout bascule le 27 mai : l'accusé rencontre sa victime par hasard sur le parking du Cora de Metz-Borny. Il est 20h40, le supermarché n'est pas encore fermé, il y a des clients sur le parking. Cette fois-ci, Andy tire au niveau du ventre, plusieurs fois, blessant mortellement sa victime. Le jeune tireur s'enfuit en région parisienne. Mais lassé par sa cavale, il revient en Moselle et se fait interpeller mi juin dans un hôtel de l'agglomération messine. Andy fait à nouveau parler de lui en détention : il tente de s'évader de la prison de Sarreguemines le 1er novembre 2013. Depuis, il a réintégré la maison d'arrêt de Metz-Queuleu, mais pour garantir sa sécurité, face à d'autres détenus qui ont pris partie pour la famille de la victime, il a été placé en isolement. Pour éviter également les tensions à l'audience, l'escorte, d'habitude constituée de 5 agents, va quasiment doubler.

Pas de reconstitution du meurtre

Maïtre May Nalepa est l'avocate de l'accusé, elle décrit aussi des tensions tout au long de l'instruction : "La reconstitution du meurtre n'a pu avoir lieu parce que les conditions de sécurité de mon client ne pouvaient pas être garanties par l'administration pénitentiaire".

La partie civile, de son côté, vit mal que l'accusé parle d'un règlement de compte à cause d'une dette de drogue. Elle le conteste donc. Et ce n'est pas le procès de la victime prévient Me Saoudi, qui défend sa compagne et ses deux enfants: "Je ne voudrais pas qu'on se trompe de procès, le seul individu dangereux dans ce procès, c''est M. Wanbanu".

Le procès débute à 9h ce matin au palais de justice de Metz.

Partager sur :