Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le meurtrier de la joggeuse de Nîmes devant ses juges

-
Par , France Bleu Gard Lozère, France Bleu
Nîmes, France

Le meurtrier de la joggeuse de Nîmes-Courbessac ce jeudi, devant les assises. Le 24 Janvier 2013, Robert Plant, 36 ans, a tué et agressé sexuellement cette mère de famille. Il l'a ensuite abandonnée sur un chemin, situé près du cimetière. L'auteur, n'a reconnu que très partiellement les faits.

Robert Plant, devant les assises du Gard réunies à Nîmes
Robert Plant, devant les assises du Gard réunies à Nîmes © Radio France - Ludovic Labastrou

Le meurtrier de la joggeuse de Nîmes-Courbessac ce jeudi, devant les assises du Gard réunies à Nîmes. Le 24 Janvier 2013, Robert Plant, 36 ans, a tué et agressé sexuellement cette mère de famille. Il l'a ensuite abandonnée sur un chemin, situé près du cimetière. L'auteur, n'a reconnu que très partiellement les faits.

Un quartier bien tranquille, un mari inquiet de ne pas voir rentrer sa femme partie faire son jogging, une habitude. Jouda, 34 ans, devait ensuite récupérer les enfants à l’école. Dans la nuit noire, la police ne trouve rien. C'est le chien de la gendarmerie, qui va tracer la jeune femme. Son cadavre présente une large plaie à la gorge, un cutter, sa tête a été frappée à coups de pierre.

L'autopsie démontre l'agression sexuelle

L'auteur est identifié par son ADN retrouvé sur le jogging, le cutter est le sien. Dans un premier temps, il indique "être resté au domicile de sa mère ce soir là". Ses traces de coupure à la main, un accident domestique. Il nie... Puis parle d'un "trou noir" avant, grande confusion mentale, d’évoquer "une dame croisée et ses habits pleins de sang". Ce schizophrène, finira-t-il par avouer, l'homicide et sa dimension sexuelle ? Tout l'enjeu de ce procès prévu sur deux jours.

Récit de Ludovic Labastrou

Choix de la station

À venir dansDanssecondess