Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le meurtrier de Lucie Beydon condamné à 30 ans de réclusion criminelle

jeudi 23 novembre 2017 à 20:15 Par Fanny Beaurel, France Bleu Armorique et France Bleu Breizh Izel

La cour d'assises d'Ille-et-Vilaine condamne Nicolas Le Bouch à 30 ans de réclusion criminelle assortie d'une période de sûreté de 18 ans pour le meurtre et la tentative de viol de Lucie Beydon, poignardée d'une vingtaine de coups de couteau dans la nuit du 3 au 4 septembre 2004.

La cour d'assises d'Ille-et-Vilaine condamne Nicolas Le Bouch a 30 ans de réclusion criminelle
La cour d'assises d'Ille-et-Vilaine condamne Nicolas Le Bouch a 30 ans de réclusion criminelle © Radio France - Fanny Beaurel

Rennes, France

30 ans de réclusion criminelle. La peine est moins lourde que ce qu'avait requis l'avocat général qui demandait la réclusion criminelle à perpétuité pour le meurtre de la jeune Lucie Beydon, étudiante brestoise sauvagement assassinée en 2004 alors qu'elle venait de s'installer sur Rennes. La cour d'assises juge Nicolas Le Bouch coupable également de tentative de viol. Il a reconnu le meurtre quasiment depuis le début mais il a toujours nié avoir tenter de violer la jeune femme.

Les regrets de l'accusé

La cour a en tous cas décidé de ne pas le condamner à la peine maximale. C'est ce qu'avait demandé son avocat Maître Olivier Pacheu qui a fait valoir la personnalité de son client et toutes les difficultés qu'il a pu rencontré dans sa jeunesse : la violence de son père, les agressions sexuelles de la part de son voisin. Est-ce que les regrets qu'il a exprimé juste avant la délibération ont joué également ? Avant que la cour ne se retire pour délibérer Nicolas Le Bouch a déclaré qu'il aimerait pourvoir revenir en arrière et tout effacer : "Tout ce qui est possible aujourd'hui c'est que je paye pour mes actes". A l'annonce du verdict ce jeudi en fin de journée, il est resté totalement impassible.

Un appel peu probable

Sa condamnation à 30 ans de réclusion criminelle est assortie d'une période de sûreté de 18 ans durant lesquels il ne pourra pas demander de libération conditionnelle. Sa sortie de prison sera de toute façon accompagnée d'un suivi socio judiciaire pendant 6 ans et d'une obligation de soin. Reste à savoir maintenant s'il fera appel de sa condamnation : probablement que non selon son avocat.

La réaction de Maitre Olivier Pacheu, avocat de Nicolas Le Bouch qui avait demandé une peine juste.