Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le meurtrier de Palavas sera-t-il jugé ?

jeudi 25 octobre 2018 à 19:07 Par Salah Hamdaoui, France Bleu Hérault

La question de l’irresponsabilité pénale de Bastien Nastorg était posée ce jeudi à la cour d'appel de Montpellier. En juillet 2017 à Palavas-les-Flots (Hérault), le jeune homme de 23 ans a tué un retraité qu'il ne connaissait pas. L'expert psychiatre estime qu'il n'est pas en état d'être jugé.

La rue de la dune à Palavas où a eu lieu le meurtre
La rue de la dune à Palavas où a eu lieu le meurtre © Maxppp -

Palavas-les-Flots, France

À son arrivée dans le box des accusés, Bastien Nastorg a l'air complètement éberlué, les yeux écarquillés. Le jeune homme de 23 ans à la silhouette sportive s'assoit sagement entre les deux gendarmes qui l'accompagnent. Un peu plus d'un an après le meurtre d'un retraité à Palavas-les-Flots, la justice se demande si le tueur est responsable ou non pénalement. En clair, s'il doit être jugé ou non pour le crime qu'il a commis.

Appelé à la barre, l'expert psychiatre estime que non. Le Dr Pénochet évoque des troubles complexes : psychose, paranoïa, mégalomanie, schizophrénie et peut-être même une bipolarité. Des troubles aggravés par un traumatisme profond survenu tout juste un mois avant le meurtre : Bastien Nastorg, benjamin d'une famille de trois enfants, a découvert sa mère pendue, chez eux à Grabels. Une mère bipolaire elle aussi dont il était très proche.

On ne juge pas un fou 

Personne dans la salle d'audience, pas même l'accusation, ne remet en cause l'irresponsabilité du jeune homme. "Heureusement qu'en France on n'envoie pas les fous en prison" se félicite un des avocats de la partie civile. Le seul bémol est soulevé par Me Martine Figueroa, qui représente notamment le fils de la victime. Elle déplore que cette audience n'aborde pas les faits, d'où la frustration de ses clients "de n'avoir pas de réponses aux questions qu'ils se posent. Savoir pour quelles raisons ce monsieur a porté des coups de couteau."

Des billets de banques déchirés en pleine rue

Le 19 juillet 2017, Bastien déambule dans les rues de Palavas en compagnie d'un ami, qui lui va bénéficier d'un non-lieu. Tous deux se font remarquer en raison de leur comportement plus que fantaisiste : vêtus et maquillés de façon extravagante, gros cigare à la bouche. Certains témoins parlent de deux "hurluberlus habillés comme des clowns", d'autres les ont vus déchirer une liasse de 300 euros

Une fois Superman, une autre fois James Bond

Alors qu'ils viennent d'emprunter un sens interdit à bord d'une fourgonnette, ils sont contrôlés par des gendarmes. Quelques minutes plus tard, Bastien Nastorg sonne au 2, rue des dunes, chez Pierre-Alain Hazem. C'est sur ce pas de porte que le retraité de 60 ans s'effondre, tué de 13 coups de couteau par un individu qu'il ne connait pas. Sa femme a bien tenté de rattraper l'agresseur, en vain. Elle-même est blessée, notamment par des coups de pieds à la mâchoire.

Aujourd'hui encore, il est toujours persuadé qu'il mérite la légion d'honneur et il a écrit à Emmanuel Macron parce que, pour lui, il a fait une action héroïque contre le crime organisé" indique son avocat Me Alain Armandet.

Mission secrète contre le crime organisé

L'auteur des coups de couteau a été intercepté juste à côté, presque sur la plage, par les gendarmes qui ont également saisi l'arme du crime. En tentant de leur échapper, Bastien crie qu'il est Superman. Il dit aussi qu'il est James Bond, qu'il a vu Daniel Craig mettre des pièces dans le parcmètre à Palavas. Convaincu d'avoir démantelé un trafic de cocaïne, il aurait aperçu une femme avec de grosses bouées pleines de drogue se précipiter vers la mer pour s'en débarrasser... 

Le seul lien qui existe entre le retraité et son meurtrier est le propriétaire de l'appartement où vivait la victime. Un homme que Bastien connait et qu'il accuse d'être un trafiquant de drogue, de l'avoir initié à la cocaïne. Il lui reproche aussi de lui avoir fait des avances sexuelles.

Rendre visite à sa mère pour la fête des morts

Lors de l'audience de ce jeudi, Bastien Nastorg s'est levé une seule fois pour prendre la parole. Réagissant à une des mesures requises par l'avocat général, à savoir l'interdiction de se rendre à Palavas, il a rappelé que sa mère est enterrée là-bas et qu'il aimerait bien pouvoir y aller au moins une fois par an. Pour la fête des morts.

Le jeune homme séjourne actuellement dans une unité spéciale, le service médico-psychologique régional au sein du cente pénitentiaire de Perpignan. Une fois déclaré irresponsable, il sera interné dans un hôpital psychiatrique classique.

La décision sera rendue le jeudi 13 décembre.

C'est ici même que le retraité a été tué. Les scellés sont posés - Radio France
C'est ici même que le retraité a été tué. Les scellés sont posés © Radio France - Salah Hamdaoui