Faits divers – Justice

Le meurtre de Bize-Minervois élucidé grâce à un mégot

Par Pascale Viktory et Romain Berchet, France Bleu Hérault dimanche 15 janvier 2017 à 12:52

Le procureur de Narbonne (au centre) en conférence de presse
Le procureur de Narbonne (au centre) en conférence de presse © Radio France - Romain Berchet

Un homme de 31 ans a été mis en examen et écroué pour meurtre et tentative de viol sur la personne d'une habitante de Minerve (Hérault). C'est notamment un mégot de cigarette retrouvé à côté du corps de la victime qui a permis de remonter jusqu'au suspect.

Plus de dix jours après la découverte du corps d'une Héraultaise sur un chemin à Bize-Minervois (Aude) , un homme de 31 ans a été mis en examen et écroué pour meurtre et tentative de viol ce dimanche.

Cet homme s'était installé avec sa famille à La Caunette , un village voisin de Minerve (Hérault), où vivait la victime, une femme de 42 ans. Ils se connaissaient, il est d'ailleurs la dernière personne à avoir été vue en sa compagnie, dans sa voiture, le 1er janvier, veille de sa mort, selon le rapport du médecin légiste.

Le corps de la victime avait été retrouvé trois jours plus tard par un promeneur, sur un chemin à Bize-Minervois. La victime était défigurée, légèrement vêtue, sans chaussure. L'autopsie avait conclu à une mort due a des coups portés à la tête avec un objet contondant.

Identifié grâce à un mégot

Les enquêteurs ont trouvé un mégot sur les lieux du meurtre. Après analyses, des traces ADN du suspect ont été retrouvées sur la cigarette. Son téléphone portable a également été localisé à trois reprises sur la commune de Bize-Minervois entre le 1er janvier au soir et le 2 janvier dans l'après-midi.

David Charmatz, procureur de la République de Narbonne

L'homme de 31 ans est connu de la justice. Il a déjà été condamné à neuf reprises, dont deux fois pour violences conjugales. "C'est un individu très violent" a estimé le le lieutenant-colonel Bertrand Pallot, commandant de la section de recherche de la gendarmerie de Montpellier.

En garde-à-vue, le suspect a nié les faits et a apporté des "explications contradictoires", précise le procureur de la République de Narbonne.

"Un homme très violent." - le lieutenant-colonel Bertrand Pallot

D'autres analyses sont en cours. L'enquête devra maintenant éclaircir le déroulé précis de la soirée du 1er janvier.