Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Quartier "La Négresse" à Biarritz : le militant antiraciste Karfa Diallo relaxé de l'accusation de rébellion

-
Par , France Bleu Pays Basque, France Bleu Gironde

Le tribunal correctionnel de Bayonne a relaxé Karfa Diallo de l'accusation de rébellion et débouté les parties civiles ce jeudi 14 janvier. Le militant anti-raciste avait organisé une manifestation pendant le G7 à Biarritz pour dénoncer qu'un quartier de Biarritz porte le nom de "La Négresse".

Les manifestants demandaient le changement de nom du quartier de La Négresse
Les manifestants demandaient le changement de nom du quartier de La Négresse © Radio France - Stéphane Garcia

Le tribunal correctionnel de Bayonne a décidé ce jeudi de relaxer le militant antiraciste bordelais de l'accusation de "rébellion" contre les forces de l'ordre. Les deux policiers qui s'étaient porté partie civile sont aussi déboutés de l'ensemble de leurs demandes. Au cours de son de son procès, le 3 décembre dernier, le militant associatif Karfa Diallo se disait pour sa part victime de violences policières. Il avait été arrêté à Biarritz alors qu'il manifestait en plein G7, pour demander le changement de nom du "quartier de la Négresse". Karfa Diallo avouait un "sentiment d'humiliation de se retrouver devant un tribunal" alors qu'il se définit comme un militant pacifiste de l'association bordelaise "Mémoires et Partages". A l'audience, la procureure de la République, Stéphanie Clérisse n'avait relevé aucune violence policière, les images et vidéos montraient à son avis que le prévenu importunait les passants et que c'est, au contraire, l'un des deux agents qui a été blessé au cours de l'interpellation. Elle demandait 500 euros d'amendes et les parties civiles pour leur part, 500 euros de dommage et intérêt pour le premier fonctionnaire et un euro symbolique pour le second. La défense du militant avait plaidé la relaxe.

Karfa Diallo et son avocate Colette Capdevielle
Karfa Diallo et son avocate Colette Capdevielle © Radio France - Paul Nicolaï

Karfa Diallo : "notre combat mérite d'être mené, nous sommes fiers grâce à la décision du tribunal"

Un autre procès

A l'écoute du verdict, Karfa Diallo exprimait sa satisfaction en indiquant que la décision : "démontre que ce premier acte du procès de la Négresse sanctionne très clairement les violences policières à notre égard. C'est une relaxe pure et simple et cela montre bien que la scénarisation de la rébellion pour laquelle la police me poursuivait a été démontée". Mais au-delà et sur le fond, pour Karfa Diallo, "le combat que nous menons pour le respect des droits humains mérite d'être mené. Ce premier acte du procès de la Négresse nous permet de mettre en avant _la problématique plus essentielle des appellations injurieuses et racistes_. C'est une victoire et nous sommes fiers grâce à la décision du tribunal".

Ce procès en appelle donc un second, sur le fond cette fois. Sur l'antenne de France Bleu Pays Basque, Karfa Diallo dénonçait "une utilisation politique et sexuée intolérable du corps de la femme noire" avec le terme La Négresse et annonçait qu'il engageait une autre procédure devant le tribunal administratif de Pau. Son association, "Mémoire et partage" reproche à la maire de Biarritz, Maider Arostéguy, de refuser de mettre le changement de nom à l'ordre d'un prochain conseil municipal. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess