Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Le ministre de l'agriculture Stéphane Travert, en visite en Creuse

mercredi 29 août 2018 à 15:51 Par Camille André, France Bleu Berry, France Bleu Creuse et France Bleu Pays d'Auvergne

Stéphane Travert, le ministre de l'agriculture était en visite dans l'Allier et en Creuse ce mercredi 29 août. Il a notamment visité une exploitation agricole à Saint-Dizier-La-Tour et s'est aussi rendu dans les coopératives CCBE et CELMAR pour parler du bien-être animal et de la sécheresse.

Le ministre de l'agriculture en pleine discussion avec le président des jeunes agriculteurs de la Creuse.
Le ministre de l'agriculture en pleine discussion avec le président des jeunes agriculteurs de la Creuse. © Radio France - Camille André

Creuse, France

Le ministre de l'agriculture avait rendez-vous avec les agriculteurs creusois ce mercredi 29 août. Stéphane Travert a commencé par visiter l’abattoir Puygrenier à Montluçon dans l'Allier. Il s'est ensuite rendu au Gaec Courtitarat, qui produit de la viande bovine à Saint-Dizier-La-Tour, dans l'est de la Creuse. Il a terminé sa journée dans les deux plus grosses coopératives du département: CCBE et Celmar

Le ministre a pu échanger avec les agriculteurs sur de nombreuses thématiques, notamment celles du bien-être animal et de la sécheresse

Le bien-être animal : une stratégie pour toute la filière

L'objectif de cette visite était notamment de "défendre un modèle de production qui protège et respecte les animaux d'élevage". Dans le Gaec Courtitarat, le ministre a pu faire une visite des installations de cette exploitation, engagée dans une démarche de bien-être animal. 

Le ministre a évoqué plusieurs travaux de recherches en cours pour aider les professionnels à améliorer leurs pratiques: " On a beaucoup parlé du broyage des poussins. Une entreprise a développé un système pour faire du sexage directement à l'intérieur de l’œuf. C'est un investissement de 4,5 millions d'euros que nous allons accompagner, parce que c'est une demande sociétale", explique Stéphane Travert. Le ministre a aussi indiqué que des "_engagement_s" avaient aussi été pris avec la filière porcine sur la castration des porcs.

Sécheresse : le ministre n'est pas opposé aux retenues d'eau

Le ministre s'est aussi exprimé sur la  problématique de la sécheresse. Le département de la Creuse souffre en effet d'un important déficit d'eau cette année

"Dès la mi-juillet, j'ai interpellé la commission pour obtenir des dérogations pour le fauchage des jachères afin de permettre aux agriculteurs d'avoir des stocks de fourrage supplémentaires", a-t-il affirmé avant d'ajouter, "j'ai aussi demandé des dérogations sur les SIE (surfaces d’intérêt écologique dans le cadre de la déclaration Pac 2018) afin que les agriculteurs puissent toucher des avances sur la PAC. Cela va leur donner un apport de trésorerie nécessaire pour acheter du fourrage". 

Le ministère de l'agriculture attend maintenant une réponse de l'Europe. Stéphane Travert a promis des annonces d'ici la fin de semaine

Au sujet des retenues d'eau réclamées par de nombreux agriculteurs creusois depuis plusieurs années, le ministre s'est dit à l'écoute. Ces retenues pourraient servir à stocker l'eau l'hiver et pourraient être utilisées par les cultivateurs lors des périodes de sécheresse: "Il y a des groupes de travail qui sont actuellement en réflexion", a indiqué le ministre, "c'est un sujet sur lequel le président de la République est très très attentif" a-t-il affirmé. 

La question du revenu des agriculteurs toujours très présente 

Au cours de cette visite, le ministre a aussi été largement interpellé sur la thématique du revenu des agriculteurs. Il a rappelé le contenu de la loi Agriculture et alimentation qui doit de nouveau être examiné à l'Assemblée nationale à partir du 12 septembre: "Cette question du prix est essentielle. Ce que nous proposons c'est d'inverser la construction des prix et de partir du coût de production pour que chacun puisse y trouver son compte". 

Ce discours ne rassure pas tellement Christian Arvis le secrétaire général du syndicat agricole FDSEA 23: " Est-ce que ce nouveau calcul du coût de production sera vraiment appliqué? Je suis beaucoup mois confiant. On a eu par le passé d'autres revendications. Il y a quelques années toute la filière avait signé pour que les agriculteurs soient mieux rémunérés. On devait toucher cinq centimes d'euros de plus du kilo de carcasse par semaine et ça ne s'est jamais fait. Personne n'a respecté les accords". 

En revanche Mickaël Magnier, le président des Jeunes Agriculteurs de la Creuse a été agréablement surpris par cette visite: 

Le ministre connaissait vraiment ses sujets

"On a pu discuter avec Stéphane Travert, il n'y avait pas de langue de bois. Il semble vraiment avoir envie d'avancer". 

Le ministre a rappelé que l'agriculture était stratégique pour la France. Il n'a pas hésité à clarifier la position du Gouvernement sur la PAC. "la proposition budgétaire de la PAC n'est pas à la hauteur" a-t-il asséné. "Nous avons besoin d'une PAC plus solide, plus lisible et plus efficace".