Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : La maison d'arrêt de Saint-Bonnet-les-Oules

Le ministre de la Justice reconnaît des approximations dans le dossier de la prison de Saint-Bonnet-les-Oules

jeudi 23 février 2017 à 21:47 Par Sandrine Morin, France Bleu Saint-Étienne Loire

Le ministre de la Justice Jean Jacques Urvoas, a annoncé hier après-midi le nouveau plan de construction de nouvelles maisons d’arrêts en France

Une implantation qui ne satisfait pas tout le monde
Une implantation qui ne satisfait pas tout le monde © Radio France - Yves Renaud

Saint-Étienne, France

Il a dévoilé les villes d'implantation de 21 des 33 nouveaux établissements pénitentiaires promis en octobre par l'ancien Premier ministre Manuel Valls pour lutter contre la surpopulation carcérale. Parmi les principaux sites figurent Nice (650 places), Narbonne (500 places), Angoulême (400), Montpellier (500), Rennes (550) ou encore , Nantes (300). Des nouveaux sites qui ne font pas oublier les sites déjà en cours de désignation comme celui de Saint-Bonnet-les-Oules destiné à accueillir la future remplaçante de la Talaudière.

Jean-Jacques Urvoas a reconnu que ce dossier n’avait peut-être pas été mené de la bonne manière et que cet exemple va servir à mieux faire. Jean-Jacques Urvoas le ministre de la Justice.

Jean Jacques Urvoas le minsitre de la justice

les raisons des la colère des habitants selon le ministre.

"La maîtrise foncière fut souvent localement une pierre d’achoppement. Peut-être parce que les recherches étaient conduites discrètement. Sans doute parce que les élus n’étaient pas associés dès l’origine du projet. Probablement parce que les divers services de L’État n’étaient pas pleinement mobilisés. Nous avons donc renversé la perspective et choisi d’avancer sans masquer ni les besoins, ni les intentions, ni les aspirations" — Jean Jacques Urvoas, ministre de la Justice

Le ministre de la Justice qui devrait venir bientôt dans la Loire annoncer lui-même ce qui a finalement été décidé pour cette implantation ligérienne. C'est le députe de la Loire Régis Juanico qui a confirmé jeudi cette venue.

  - Visactu
© Visactu -

→ À lire aussi