Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le monde agricole corse à nouveau malmené!

mardi 29 mai 2018 à 18:45 Par Hélène Battini, France Bleu RCFM

Après le saccage d'une exploitation d'agrumes ce lundi à Ghisonaccia, ce sont les éleveurs des hautes vallées du Prunelli et de la Gravona qui sont visés selon le mouvement "Core in Fronte".

Col de Scalella (Tavera)
Col de Scalella (Tavera) - DR / Wikipedia

Corse, France

Le mouvement "Core in Fronte" dénonce des actes de malveillances sur les communes de Bocognano, Tavera et Bastelica début mai. 

Une piste reliant le col de la Scalella à trois estives (Verdanese, Purcilelli et Puzzolu) aurait subi de multiples dégradations faites par une pelle de 35 tonnes et occasionnant au passage la destruction d'un réservoir d'eau. Un acte assez impressionnant pour ne pas passer inaperçu selon le porte-parole de "Core in Fronte", Paul-Felix Benedetti

« Une telle pelle a été approvisionnée par un porte char elle a pris automatiquement le rond-point de Bocognano qui est sous caméra de surveillance de la CDC, on se pose des questions… Qui a intérêt aujourd’hui à empêcher un accès à des agriculteurs émérites qui font une agriculture traditionnelle, à l’inverse de beaucoup qui sont des chasseurs de primes ?  On attend des réponses et qu’on arrête cette course à la malveillance et à la déstabilisation d’un monde agricole de producteurs ! »

La mairie de Tavera et certains éleveurs ont également reçu un courrier manuscrit et anonyme de menaces dans lequel bergers, chasseurs et entreprises risqueraient "empoisonnement des troupeaux, destruction et traque" en cas de travaux de réhabilitation.