Infos

Néris-les-Bains : Xavier Dupont de Ligonnès peut-il être encore vivant ?

Par Eric Le Bihan, France Bleu Pays d'Auvergne mercredi 19 octobre 2016 à 18:13

Anne-Sophie Martin.
Anne-Sophie Martin. - ©Editions Ring

L'homme qui a disparu depuis plus de cinq ans peut-il être encore vivant ? Nous avons posé la question à la journaliste Anne-Sophie Martin, auteur d'un livre consacré au mystère Ligonnès. Au terme d'une longue enquête, elle a acquis la conviction qu'il pouvait être en vie. Entretien.

C'est une des plus grandes énigmes judiciaires des 10 dernières années. Alors, forcément lorsqu'elle refait surface, elle alimente les hypothèses, les conversations et les fantasmes. Un homme ressemblant à Xavier Dupont de Ligonnès, tueur présumé de sa femme et de ses quatre enfants en avril 2011 à Nantes, a donc été vu lundi au casino de Néris-les-Bains. Un signalement parmi des centaines d'autres. Sauf que cette fois, les enquêteurs ont en leur possession des images vidéos fournies par le casino. En relation avec la police judiciaire de Nantes, les gendarmes de l'Allier s'affairent à retrouver ce fameux client du casino. S'agit t-il de Xavier Dupont de Ligonnès ? Les chances sont minimes mais pas nulles...

Anne-Sophie Martin est la spécialiste de l’affaire Dupont de Ligonnès. Réalisatrice, auteur et journaliste pour France 2 (Faites entrer l’accusé) ou M6 (Secrets d'actualité), elle vient de publier "Le disparu" paru aux éditions Ring. En fouillant la très fournie correspondance de Ligonnès et en recoupant les témoignages de ses proches, elle a reconstitué le scénario le plus crédible et s'est forgée une intime conviction.

France Bleu Pays d'Auvergne : Au terme de vos investigations, vous avez acquis la conviction que Xavier Dupont de Ligonnès est encore en vie ?

Anne-Sophie Martin : "Au fil de mon enquête, je ne le vois pas capable de se suicider, notamment dans les jours qui suivent le meurtre de sa femme et de ses quatre enfants. Il y a une quantité astronomique d'écrits sur ordinateur pour justifier un départ de la famille à l'étranger (en Australie, puis aux États-Unis). Des justificatifs d'absence qui ne collent pas avec quelqu'un de suicidaire. Je suis donc partie sur la piste d'un survivant. Par ailleurs, durant sa cavale de six jours entre Nantes et le Var, il a pris des repas copieux, des entrecôtes, des bouteilles, a souvent discuté de façon apaisée avec les employés des restaurants et des hôtels qu'il a fréquentés. On est pas vraiment dans le cas de quelqu'un habité par la noirceur et le désespoir, donc ça ne m'a pas fait pencher vers la thèse du suicide."

"Je suis partie sur la piste d'un survivant" - Anne-Sophie Martin

Nous sommes plus de cinq ans et demi après les faits, aussi malin et organisé soit Xavier Dupont de Ligonnès, comment peut-il échapper à toutes les polices de France et d'Europe ?

"Pour moi, je l'explique dans mon livre "Le disparu", il est évident que quelqu'un qui est en cavale a peu de chance de passer entre les mailles du filet lorsqu'il est immédiatement traqué après les faits. Dans cette affaire, on perd la trace de Ligonnès le 15 avril, les corps ne sont découverts que six jours plus tard et les recherches sont lancées le 22 avril. Il a donc sept jours d'avance sur les forces de police. Ligonnès a donc très bien pu organiser sa fuite depuis le sud de la France. Il a un temps d'avance qui ne sera jamais rattrapé finalement. On sait aussi qu'il a passé plusieurs mois aux États-Unis. En passant d'un état à l'autre, il revendait des voitures pour se faire de l'argent. Il y avait une débrouillardise évidente chez cet homme. Pas besoin d'une vie luxueuse ou d'un réseau pour assurer sa cavale. J'ajoute que Dupont de Ligonnès a un physique assez "passe-partout". Grand brun, 50 ans, des lunettes, assez élégant, mais pas extravagant, c'est quand même idéal pour se fondre dans la foule et dans la nature."

Xavier Dupont de Ligonnès a fait l'objet de plus de 800 signalements depuis sa disparition. Le dernier en date lundi au casino de Néris-les-Bains dans l'Allier. Cette piste est-elle crédible, selon vous?

"Le souci, c'est que toutes les investigations ont été menées. La possibilité de quelqu'un qui se fond dans la nature existe. Mais est-ce qu'un homme intelligent, bien éduqué et cultivé comme lui, se sachant traqué pour encore longtemps, va aller dans un département français, qui plus est pas très loin de la Bourgogne, la région d'origine de la famille de sa femme Agnès? Ça me semble franchement aventureux et ça ne correspond ni à son caractère, ni à sa façon de faire. Après, tout est possible..."

Vous êtes toujours en contact avec les enquêteurs du Service régional de la police judiciaire de Nantes. Ont-ils toujours l'espoir de retrouver Xavier Dupont de Ligonnès?

"En cinq ans d'enquête, ils ont effectué à peu près tout le travail qu'ils pouvaient faire. Maintenant, il y a deux options pour le retrouver. Un signalement qui correspondrait et qui serait le bon, ce qui n'est pas impossible. Ou bien la découverte d'un corps ou de restes humains par un promeneur, un coureur, un chasseur, ou un spéléologue. Pour l'heure, tout a l'air figé, le mystère reste entier, c'est un peu un vertige et c'est ce qui est fascinant dans cette histoire."

Partager sur :