Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le nombre de médecins agressés franchit un nouveau record

-
Par , France Bleu

Les violences contre les médecins ont encore augmenté en 2018 selon un rapport de l'Ordre des médecins publié ce jeudi. Plus de 1.100 incidents ont été signalés. Les généralistes sont les premières victimes.

Plus de 1.100 incidents ont été signalés par les médecins en 2018, un nouveau record
Plus de 1.100 incidents ont été signalés par les médecins en 2018, un nouveau record © Maxppp - Lionel VADAM

Injures, menaces, vols, coups... Les violences contre les médecins ont augmenté de 9% en 2018 et franchit un nouveau record. D'après un rapport de l'Ordre des médecins publié ce jeudi, 1.126 incidents ont été signalés par les professionnels l'an passé, contre 1.035 en 2017.

Il s'agit majoritairement d'agressions verbales et de menaces (66% des cas). 18% des signalements concernent des vols ou des tentatives de vols, 8% du vandalisme et 7% des agressions physiques. Dans 3% des cas, une arme a été utilisée.

Les généralistes toujours en première ligne

Les généralistes, qui représentent moins de la moitié de la profession (44%), demeurent les plus touchés. Ils sont à l'origine de 70% des déclarations, contre 61% en 2017. À l'inverse, la part de spécialistes ayant subi des incidents a diminué passant de 39% en 2017 à 30% en 2018. Les ophtalmologues, les dermatologues et les gynécologues sont les plus visés.

Les femmes représentent près de la moitié des victimes (49%), un chiffre moins élevé qu'en 2017 (51%) mais toujours supérieur au taux de féminisation du corps médical (47%).

Dans la majeure partie des cas (54%), l'agresseur est le patient. Un tiers de ces violences sont liées à "un reproche relatif à une prise en charge" (31%) et plus d'un sur dix à un vol (17%), un refus de prescription (16%), une falsification de document (ordonnance, certificat, 11%) ou encore un temps d'attente jugé excessif (11%).

L’Ile-de-France, les Hauts-de-France et l’Occitanie particulièrement touchées 

L’Ile-de-France (171 déclarations), les Hauts-de-France (162) et l’Occitanie (151) sont les trois régions les plus touchées. 

C'est dans le Nord (123 incidents, contre 108 en 2017), les Bouches-du-Rhône (82 incidents, contre 107 l’année précédente) et la Haute-Garonne (46, contre 43 en 2017) que des incidents sont le plus signalés. La majorité a lieu en centre-ville (54%), 20% en banlieue et 17% en milieu rural (en hausse de 4 points par rapport à 2017).

L'Ordre des médecins appellent "une nouvelle fois les pouvoirs publics à se saisir de cet enjeu majeur" et demande aux préfets d'accélérer le déploiement d'un protocole signé avec l'Etat en 2011 pour améliorer la sécurité des professionnels.

  - Aucun(e)
-