Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le nombre de morts sur les routes est en nette baisse en 2017 dans le Nord-Pas-de-Calais

mercredi 10 janvier 2018 à 12:08 Par Stéphane Barbereau, France Bleu Nord

Selon des chiffres provisoires, 142 personnes sont mortes l'année passée sur les routes de la région dans ces accidents. L'un des points noirs : le nombre élevé de piétons tués.

Le 6 mai 2017, 5 personnes étaient mortes dans un vilent accident à Radinghem, dans le Pas-de-Calais
Le 6 mai 2017, 5 personnes étaient mortes dans un vilent accident à Radinghem, dans le Pas-de-Calais © Maxppp - Jean-Pierre Brunet

Lille, France

Les chiffres officiels ne sont pas encore connus mais selon des données provisoires collectées par France Bleu Nord, 142 personnes ont trouvé la mort sur les routes de la région en 2017. C'est en très nette baisse par rapport à l'année précédente, de l'ordre de -18%, on approche même l'une des années-record en termes d'accidentologie, 2013 avec 141 morts dans la région.  

En très forte baisse dans le département du Nord

Dans le détail, c'est dans le département du Nord que la chute est la plus spectaculaire avec 29 vies épargnées en un an, 3 vies épargnées dans le Pas-de-Calais qui totalise 64 morts en 2017. 

  • Nord : 78 personnes tuées sur la route (107 en 2016)
  • Pas-de-Calais : 64  personnes tuées sur la route (67 en 2016)

Baisser la vitesse pour baisser le nombre de tués

Des chiffres qui sont connus au moment où le gouvernement a présenté un plan de 18 mesures de ruptures pour enrayer la hausse continue de la mortalité sur les routes en France entre 2014 et 2016. Parmi celles-ci, abaisser de 90 à 80 km/h la vitesse sur les routes secondaires sans séparateur central. Dans le Nord, cela concernerait la quasi-totalité des 2 650 kilomètres de routes (hors agglomération) qu'entretient le Conseil Départemental (à l'exception de la RD 649 entre Valenciennes et Maubeuge et de sections très ponctuelles comme la RD 642 dans le contournement Borre-Pradelles et Strazeele. Est-ce que ça veut dire que la collectivité va devoir sortir le carnet de chèques pour changer les panneaux 90 ? Il y a finalement assez peu de panneaux 90 le long des routes parce que c'était jusque-là la vitesse par défaut sur ces axes. Les panneaux 70 ou 50 sont plutôt là pour montrer qu'il y a une exception mais les services de la voirie du département vont mener une étude. 

Des critiques sur les 80 km/h, plus de consensus pour sanctionner le portable au volant

Dans la région, les critiques sont vives concernant la baisse de la vitesse sur les routes secondaires. Philippe Dutrieu est le directeur général de l'Automobile Club du Nord de la France : 

ce ne sera absolument pas efficace sur la sécurité routière. Le Danemark et le Royaume-Uni ont fait l'inverse et il y a eu une baisse du nombre de morts

P. Dutrieu juge inefficace la baisse de la vitesse sur les routes secondaires

En revanche, ce spécialiste de la route affirme n'avoir "aucun souci à baisser la vitesse à 80 ou 70km/h sur les routes dangereuses ou accidentogènes". La solution pour améliorer la sécurité : revoir l'état des routes et davantage contrôler l'alcoolémie. Philippe Dutrieu a le permis depuis 36 ans et affirme que "pratiquement aucun contrôle n'est effectué pour l'alcool au volant. Je n'ai été contrôlé qu'une fois par éthylotest alors que je fais 30 000 kilomètres par an, c'est invraisemblable !"

Concernant le portable au volant, l'automobile club est pour durcir les sanctions. 10% des accidents mortels en France en 2016 étaient dû à l'usage du téléphone par le conducteur. Cette conductrice, croisée à Villeneuve d'Ascq, reconnaît avoir de mauvaises habitudes : 

Je réponds, j'envoie des textos et je sais qu'il ne faudrait pas. J'ai déjà eu des amendes pour çà. Il faut des mesures draconiennes pour faire réagir.

Témoignages de Nordistes sur l'usage du téléphone portable au volant

Cette automobiliste promet de ne plus utiliser son portable avec la menace désormais de voir son permis suspendu de manière immédiate en cas de double infraction : usage du téléphone au volant et oublie, par exemple, d'un clignotant pour tourner.