Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le nonagénaire de Celles-sur-Belle mis en examen pour meurtre et tentative de meurtre

jeudi 4 janvier 2018 à 19:13 Par Rivière Isabelle, France Bleu Poitou et France Bleu

Suites judiciaires après l'affaire de la maison de retraite de Celles-sur-Belle. Le parquet de Poitiers ouvre une enquête judiciaire pour homicide volontaire et tentative à l'encontre du nonagénaire qui a tué une de ses voisines de pallier à coups de canne et en a blessé une autre le 3 janvier 2018.

Maison de retraite de Celles-sur-Belle
Maison de retraite de Celles-sur-Belle © Radio France - Isabelle Rivière

Poitiers, France

La justice prend la suite après le drame survenu mercredi 3 janvier 2018 dans la maison de retraite Les chanterelles de Celles-sur-Belle. 

Le parquet de Poitiers ouvre une information judiciaire pour "homicide volontaire et tentative d'homicide volontaire". 

Dans la nuit de mardi à mercredi, un nonagénaire a tué une de ses voisines de chambres à coups de canne et en a blessé une autre. 

L'agresseur présumé n'est plus en capacité de s'exprimer

Le vieil homme n'a été entendu que "très sommairement" par les enquêteurs car son état de santé s'est dégradé presque aussitôt

Le psychiatre qui l'a vu parle d'une "démence débutante", mais d'autres expertises psychiatriques plus poussées vont être réalisées dans le cadre de cette information judiciaire.

Ces expertises psychiatriques approfondies devront dire si ou non le nonagénaire est accessible à une sanction pénale.  

Aux agents de l'EHPAD, l'agresseur présumé a expliqué qu'il "voulait chasser des voleurs". Mais aux enquêteurs, au moment de son interpellation, il a expliqué qu'il avait frappé "pour des raisons qu'il ne comprenait pas". Il n'a plus été ensuite en mesure de s'exprimer ni auprès des enquêteurs, ni auprès des médecins.

Traumatisme crânien et hémorragie interne

Le seul témoignage direct dont disposent les enquêteurs, c'est donc celui de la victime blessée. Cette dame âgée de 87 ans, frappée à coups de canne, s'en sort avec quelques ecchymoses. Elle précise qu'elle dormait dans sa chambre lorsqu'elle a entendu la porte s'ouvrir et qu'elle a alors vu son voisin de pallier qui immédiatement lui a porté des coups violents sur la tête avec sa canne.  

L'autre victime, âgée de 85 ans et en fin de vie, elle, est décédée. L'autopsie qui a été pratiquée parle d'un traumatisme crânien avec de très nombreux hématomes à la tête et un décès suite à une hémorragie interne massive.

Un homme affable qui n'a jamais été agressif

Michel Garrandaux, le procureur de Poitiers, précise par ailleurs, que l'agresseur présumé ne faisait l'objet d'aucune agressivité particulière.  Il est décrit par tout le personnel de l'EHPAD comme par tous les autres pensionnaires, comme quelqu'un d'affable. Qui n'a jamais commis de geste d'agressivité et qui n'avait aucun contentieux avec les autres pensionnaires.

Interné jusqu'à ce que les experts psychiatriques tranchent

Il a fait l'objet d'un arrêté de placement d'office en milieu psychiatrique et restera hospitalisé dans ce service jusqu'à ce que les expertises judiciaires soient réalisées pour dire s'il est accessible ou non à une sanction pénale.