Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le Nord-Pas-de-Calais touché par la sécheresse : l'inquiétude des agriculteurs

mercredi 18 juillet 2018 à 9:10 Par Marie-Jeanne Delepaul, France Bleu Nord

Le Nord-Pas-de-Calais est en situation de sécheresse depuis début juin. Les fortes chaleurs et la quasi-absence de précipitations font craindre aux agriculteurs une perte de rendement.

Cet agriculteur de Thiant est obligé de donner du fourrage à ses 150 vaches, comme en hiver, car ses prairies sont complètement desséchées.
Cet agriculteur de Thiant est obligé de donner du fourrage à ses 150 vaches, comme en hiver, car ses prairies sont complètement desséchées. © Radio France - Marie-Jeanne Delepaul

Lille, France

Vous l'avez sûrement constaté : depuis début juin la pluie se fait rare dans le Nord-Pas-de-Calais. Ajoutez à cela des températures supérieures à la normale et un taux d'ensoleillement très important. Résultat : la sécheresse s'est installée dans la région.

Il n'a quasiment pas plu en un mois et demi dans le Nord-Pas-de-Calais. - Radio France
Il n'a quasiment pas plu en un mois et demi dans le Nord-Pas-de-Calais. © Radio France - Marie-Jeanne Delepaul

"Depuis le 1er juin on a relevé un cumul de précipitations de 19 mm dans la région, c'est cinq fois moins que la moyenne habituelle sur la même période" - Julien Perfettini, climatologue pour Météo France.

"Depuis le 1er juin on a relevé un cumul de précipitations de 19 mm dans la région, c'est cinq fois moins que la moyenne habituelle sur la même période", constate Julien Perfettini, climatologue au bureau de Lille-Villeneuve d'Ascq de Météo France.  "Parallèlement, _les températures sont supérieures de 2,5°C par rapport à la moyenne_."

L'interview de Julien Perfettini, climatologue pour Météo France

Les nappes phréatiques plutôt basses

Un épisode de sécheresse "remarquable" selon lui, même si "on n'atteint pas le niveau de l'été 1976, voire de l'été 2017, car l'an dernier le printemps était très sec, alors que _cette année heureusement le printemps a été plutôt humide_, ce qui fait que les nappes phréatiques semblent être à un niveau correct." 

"La situation est inhabituelle, complète Marc Parmentier, hydrogéologue pour la région Hauts-de-France au BRGM (Bureau de recherches géologiques et minières). La nappe de la craie sur la bordure littorale est plutôt bien chargée en eau, mais les nappes sont à des niveaux inférieurs à la normale sur une petite moitié est de la région. Dans ce secteur, on risque de connaître le même scénario de sécheresse des nappes qu'en 2017." Si le niveau baisse davantage, les ressources en eau potable, l'irrigation et la biodiversité seront perturbées.

Une mauvaise nouvelle pour l'élevage

Pour les agriculteurs, ce gros coup de chaud est une mauvaise nouvelle. Alain Dupont est polyculteur et éleveur de vaches charolaises à Thiant près de Valenciennes. Il n'a pas besoin des bulletins de Météo France pour constater la sécheresse : "Mon pluviomètre est désespérément sec depuis un bon mois. Et la prairie là-bas est toute jaune, brûlée par le soleil. Plus rien ne pousse ici."

C'est d'abord sur l'élevage que les conséquences sont plus les importantes pour cet agriculteur de 55 ans : il est obligé de nourrir ses vaches, comme en hiver !  "Il n'y a plus rien à manger dans les prairies, donc on leur donne du foin, mais tout cela a un coût, c'est compliqué..."

La moisson avancée de deux semaines

Alain Dupont s'inquiète également pour ses cultures de betteraves et de pommes de terre, en pleine croissance à cette période de l'année. Dans le champ, les feuilles asséchées des plantes crissent sous ses pas. Ses voisins cultivent des pois et du maïs, également frappés de plein fouet par la vague de chaleur.

"Les feuilles, c'est l'oxygène de la plante ; si elles sont brûlées par le soleil, comme ici, la plante meurt" explique Alain Dupont, agriculteur à Thiant (Nord). - Radio France
"Les feuilles, c'est l'oxygène de la plante ; si elles sont brûlées par le soleil, comme ici, la plante meurt" explique Alain Dupont, agriculteur à Thiant (Nord). © Radio France - Marie-Jeanne Delepaul

S'il ne pleut pas un bon coup d'ici la récolte en septembre-octobre, Alain Dupont craint une perte de rendement : "Les quinze prochains jours seront décisifs." "En l'absence d’irrigation, quand la sécheresse frappe des plantes en pleine croissance, cela peut entraîner la réduction du nombre de grains de maïs produits par exemple, ou diminuer la taille des pommes de terre et des betteraves", explique Jean-Paul Bordes, directeur de la recherche et du développement pour Arvalis, un institut technique et agricole.

Heureusement, du côté des céréales d'hiver comme le blé et l'orge, la récolte est bonne cette année, même s'il a dû, comme ses collègues, moissonner deux semaines plus tôt à cause de la sécheresse : "Mi-juillet, tout mon blé a déjà été récolté, alors qu'avant, avec mes parents, on faisait la moisson en août !" 

Reportage dans la ferme d'Alain Dupont près de Valenciennes

Des sécheresses qui pourraient se multiplier à l'avenir

Des vagues de chaleur comme celles-ci, le Nord-Pas-de-Calais en a toujours connu. Mais d'après Julien Perfettini, de Météo France, à cause du dérèglement climatique ces épisodes de sécheresse pourraient devenir la norme d'ici le milieu du siècle : "Il faut s'attendre à avoir des vagues de chaleur plus précoces, dès le mois de juin, avec des durées plus importantes qu'avant."

"Ce type de phénomène aura tendance à devenir la norme au milieu du siècle." - Julien Perfettini, climatologue pour Météo France

Le Nord-Pas-de-Calais a, comme toutes les régions de France selon Météo France, subi une hausse de température de 0,3°C par décennie depuis une cinquantaine d'années. "La projection de hausse de température pour la région se situe entre 2 et 4°C au milieu du siècle. Nous aurons sans doute des problématiques de ressources en eau dans les années qui viennent, donc il faut réfléchir à adapter notre territoire en conséquence", alerte Julien Perfettini.

"On constate que le climat est de plus en plus aléatoire, on connaît des situations extrêmes dans certaines régions comme des pluies très importantes au moment des récoltes. Cela va accélérer l'arrivée des moissons et des récoltes et rendre le calendrier moins prévisible", ajoute Jean-Paul Bordes, d'Arvalis.