Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le parquet de la Loire décide de classer sans suite l’affaire du Samu de Saint-Étienne

lundi 27 août 2018 à 17:55 Par Yves Renaud, France Bleu Saint-Étienne Loire et France Bleu

En mars dernier, une femme de 38 ans, enceinte de six mois, décédait à l’hôpital Nord de Saint-Étienne et sa famille avait décidé de porter plainte. Le parquet a décidé fin août de ne pas donner suite.

Selon le parquet ,  il n'y a aucune faute à retenir à l'encontre de la chaîne de secours
Selon le parquet , il n'y a aucune faute à retenir à l'encontre de la chaîne de secours © Maxppp - -

Saint-Étienne, France

La jeune femme, mère de deux enfants, enceinte de six mois, avait fait un malaise le 28 février vers 17 heures. Son conjoint avait appelé le 15 alors qu'elle présentait les signes d'un arrêt cardiaque. Le médecin régulateur à l'époque l'avait renvoyé vers SOS Médecin. Elle était tombée ensuite dans le coma et était décédée neuf jours plus tard. Les proches, après le décès, avaient décidé de porter l'affaire en justice estimant qu’il y avait eu erreur médicale.

Au vu du dossier d'enquête, le parquet décide de ne pas aller plus loin

Le procureur de la République de Saint-Étienne, sans dévoiler le fond de l'enquête menée autour du décès de cette femme de 38 ans, a confirmé qu'il classait l'affaire sans suite. Depuis le décès, toutes les pièces du dossier ont été examinées, notamment les enregistrements des dialogues entre le centre 15 et la victime. En plus, un expert médical a été mandaté pour déterminer, de façon complémentaire, si les décisions prises par le médecin régulateur étaient justifiées et adaptées au cas qui lui était soumis à ce moment-là. Aucune faute n'est donc retenue à l'encontre de la chaîne de secours. 

La famille de la victime va continuer son action en justice

Cette décision surprend l’avocat de la famille Maitre Buffard qui ne compte pas en rester là et qui annonce  son intention de déposer une plainte contre cette décision qu'il juge inique. "L'examen des écoutes (téléphoniques) permet de se rendre compte que la personne qui appelle et qui hélas va décéder donne des éléments suffisants pour qu'elle soit prise en charge rapidement par le Samu", a estimé Me Buffard.

Il y a des éléments pour dire qu'il y a eu erreur de diagnostic" - Me Buffard, avocat de la famille

Pour lui, il y a bien eu sous-évaluation de la situation et il convient de relancer les choses. Il portera plainte avec constitution de partie civile dans les premiers jours de septembre.
 

Le responsable du SAMU sollicité n’a pas souhaité s’exprimer sur le sujet, mais il se déclarait à l'époque sur France Bleu très confiant, au vu de l’enquête qui avait été menée autour de ce décès.