Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Lactalis : du lait infantile contaminé par la salmonelle

Le patron de Lactalis Emmanuel Besnier rompt le silence et s'explique sur l'affaire du lait contaminé

dimanche 14 janvier 2018 à 6:52 - Mis à jour le dimanche 14 janvier 2018 à 9:41 Par Germain Treille et Valérie Massip, France Bleu Armorique, France Bleu Mayenne et France Bleu

Dans un long entretien au "Journal du Dimanche", le PDG du groupe laitier mayennais, Emmanuel Besnier, donne des précisions sur l'ampleur de la crise.

Le siège de Lactalis en mayenne
Le siège de Lactalis en mayenne © AFP - DAMIEN MEYER

Craon, France

12 millions de boîtes concernées par le rappel général dans 83 pays, voilà les chiffres qu'il donne et il précise que le retrait de tous les produits de l'usine de Craon en Mayenne quelque soit leur date de production, c'est lui qui l'a proposé au ministre de l'Economie Bruno Le Maire lors de son rendez-vous à Bercy. Le but : simplifier la procédure de rappel, que les distributeurs n'aient plus à trier.

Quant aux produits restés en rayon malgré la série de rappels, le patron de Lactalis évoque de possibles erreurs humaines. Emmanuel Besnier promet aussi d'indemniser toutes les familles qui ont subi un préjudice, et un plan de contrôle sanitaire encore plus strict.

Lactalis n'a eu à aucun moment l'intention de cacher les choses assure-t-il. Et si des traces de salmonelles ont bien été identifiées en août et en novembre derniers dans l'environnement de l'usine, aucun élément ne montrait alors que des produits avaient été touchés. Lactalis n'a pas eu d'information sur de possibles contaminations avant le 1er décembre dit-il au JDD.