Faits divers – Justice

Le patron des pompiers de Vaucluse prêt à multiplier les renforts sur la zone de crash

Par Anne Domece, France Bleu Vaucluse mercredi 25 mars 2015 à 11:13

Colonel Jean-Yves Noisette, directeur du service d'incendie et de secours de Vaucluse
Colonel Jean-Yves Noisette, directeur du service d'incendie et de secours de Vaucluse © © SDIS84

Jean-Yves Noisette, directeur du service départemental d'incendie et de secours de Vaucluse, a confirmé ce mercredi sur France Bleu qu'il était prêt à renforcer les équipes de secours présentes sur les lieux. Un médecin et un infirmier vauclusiens sont partis sur place mercredi matin.

Après avoir envoyé 37 hommes dans le massif des Trois Evêchés, mardi quelques heures seulement après le crash de l'A320, le SDIS (service départemental d'incendie et de secours) de Vaucluse organise de nouveaux renforts .

Un médecin et infirmier ont été renvoyés sur place dès mercredi matin. Ils pourraient être rejoints dans la journée par des équipes médico-psychologiques et des groupes de transports de personnes. Leur mission : acheminer et soutenir les familles des victimes, qui arrivent progressivement sur place.

Colonel Jean-Yves Noisette - L'invité de FBV

Les pompiers de Vaucluse sont confrontés à une mission complexe à tous points de vue ... Ils doivent faire face à des difficultés techniques dues à l'altitude, la zone de montagne, le déploiement de très gros moyens. Ils doivent aussi faire attention à ne pas gêner le travail des enquêteurs. Et ils doivent se protéger psychologiquement, résister au désarroi et au sentiment d'impuissance.

Ce sont des sauveteurs qui savent qu'il n'y a sans doute personne à sauver. C'est très dur.

La plupart des pompiers vauclusiens envoyés là-bas sont spécialement formés : ils font partie du GRIMP, le groupe de recherche et d'intervention en milieu périlleux. Ils participent régulièrement à des exercices grandeur nature, qui permet de tester les réflexes d'intervention et la coordination des secours. Une simulation d'accident d'avion est d'ailleurs programmée (de longue date) pour le 21 avril, en collaboration avec la base aérienne 115 d'Orange.

À lire aussi : le dossier sur le crash de l'Airbus A320 de Germanwings

Partager sur :