Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le PDG du Dauphiné Libéré bientôt jugé pour "violences sur conjoint"

Christophe Tostain, PDG du Dauphiné Libéré, quotidien régional du sud-est, doit bientôt comparaître devant le tribunal correctionnel pour des faits de violence sur sa compagne. Il est visé par une plainte et a été placé sous contrôle judiciaire.

Christophe Tostain est PDG du quotidien régional Le Dauphiné Libéré.
Christophe Tostain est PDG du quotidien régional Le Dauphiné Libéré. © Radio France

Lyon, France

Le PDG du quotidien régional du sud-est, Le Dauphiné Libéré, sera bientôt appelé à s'expliquer devant le tribunal correctionnel de Lyon. Déféré au parquet mercredi pour une affaire de "violence sur conjoint", Christophe Tostain, a également été placé sous contrôle judiciaire. 

"Frappée par son concubin"

Dimanche, une femme a demandé à déposer une plainte à la brigade de Tassin, dans la métropole de Lyon, expliquant avoir été "frappée par son concubin", selon une source proche de l'enquête citée par l'AFP.

Les gendarmes se sont rendus au domicile du couple où ils ont trouvé Christophe Tostain "fortement alcoolisé et violent". Le patron du journal régional aurait même insulté les gendarmes et "menacé de les faire muter", faisant état de sa fonction et de sa qualité professionnelle. Il a ensuite été placé en garde à vue.

"Une affaire personnelle" répond le PDG du Dauphiné Libéré

Christophe Tostain reconnait être "visé par une plainte" et confirme avoir "été auditionné par la gendarmerie". "Mais je souligne que je ne suis ni mis en examen, ni condamné. Je ferai valoir devant le tribunal mes arguments et suis confiant" indique-t-il, par écrit à l'AFP, précisant qu'il s'exprime en tant que personne privée.

"La genèse de cette affaire étant strictement privée, sans aucun lien avec mon activité professionnelle, je ne veux pas davantage étaler ma vie privée. Je souhaite seulement dire que tous ceux qui me côtoient professionnellement savent que ce qui m'est reproché est à mille lieux de ma personnalité et de mon comportement", ajoute Christophe Tostain. 

La procédure de convocation devant la justice qui vise le PDG du Dauphiné Libéré peut être utilisée dans des affaires qui ne nécessitent pas l'ouverture d'une information judiciaire ou la mise en examen.  

Choix de la station

France Bleu