Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le pédophile belge Marc Dutroux, qui demande sa libération conditionnelle, écrit à ses victimes

mercredi 22 août 2018 à 16:03 Par Viviane Le Guen, France Bleu

L'avocat du pédophile Marc Dutroux, condamné à perpétuité en 2004 pour viols sur mineurs avec torture, annonce ce mercredi que son client va envoyer une lettre "d'apaisement" aux victimes et leurs familles. Une "stratégie" pour obtenir sa libération conditionnelle estime le père d'une victime.

Le pédophile belge Marc Dutroux, le 21 juin 2004 à Arlon (Belgique)
Le pédophile belge Marc Dutroux, le 21 juin 2004 à Arlon (Belgique) © AFP -

Le pédophile belge Marc Dutroux s'apprête à envoyer une lettre à ses victimes et leurs proches. Un courrier "d'apaisement", une "main tendue" selon son avocat, Me Bruno Dayez, interviewé par la presse belge ce mercredi.

Dans ce message, Marc Dutroux annonce aux familles qu'il est prêt à répondre à leurs questions et à les rencontrer rapporte la correspondante de franceinfo en Belgique. "Je ne demande pas que l'on accorde son pardon à Marc Dutroux. Je ne demande pas qu'on l'absolve" a précisé son avocat à RTL info qui affirme que son client reconnait "son entière et accablante responsabilité dans la mort des quatre enfants" et que la démarche est "pacifique."

Une "stratégie" pour le père d'une des victimes

Condamné notamment pour séquestrations et viols sur mineurs avec torture, Marc Dutroux, 61 ans, est incarcéré depuis 22 ans. 

Il demande sa libération conditionnelle depuis 2012, sans succès. Ce courrier s'inscrit dans le cadre de cette demande. Pour le père d'une des victimes, il s'agit d'une "stratégie" consistant à "montrer ses regrets et présenter des excuses" qui fait "partie du plan" pour obtenir cette libération conditionnelle.