Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : le pèlerinage de Compostelle s'arrête à St Jean Pied-de-Port cette année

-
Par , France Bleu Pays Basque

Dernière étape française du pèlerinage de Compostelle, St Jean Pied-de-Port accueille 700 pèlerins par semaine cette année, contre 2.000 en moyenne les années précédentes. Côté espagnol, il faut porter le masque pour marcher, et la police veille. Américains et Asiatiques ont déserté le pèlerinage.

Les pèlerins ne passent plus la frontière à cause des mesures Covid
Les pèlerins ne passent plus la frontière à cause des mesures Covid © Radio France - Bixente Vrignon

Les rues de St Jean Pied-de-Port sont bondées en cette fin de mois d'août, on pourrait croire que les mesures sanitaires n'ont rien changé. Et pourtant, quand on entre à la maison du pèlerin, Monique et Jean-Louis Aspirot montrent les chiffres : "_Une année normale il passe plus de 2.000 pèlerins par semaine, et actuellement c'est 700 par semaine_, avec une majorité de Français qui s'arrêtent à Saint Jean Pied-de-Port" argumente Monique Aspirot. "La semaine dernière par exemple, il est arrivé 403 français et sur ce nombre, 12% sont allés sur l'Espagne".  

Pourtant, le chemin entre St Jean Pied-de-Port et Roncevaux, c'est l'étape mythique du chemin de St Jacques. Mais pour le responsable de l'association des amis de St Jacques de Compostelle, Jean-Louis Aspirot, les mesures prises côté espagnol ont de quoi calmer des ardeurs : "Les conditions d’admission dans les auberges sont absolument drastiques : obligation de mettre son sac à dos dans des sacs poubelles, de se laver les mains, pas d'accès aux cuisines, chacun doit porter son sac de couchage, pas de couvertures! C'est uniquement dormir et se doucher et quand on marche c'est avec le masque même dans un petit village de dix habitants, et la police veille et elle est extrêmement sévère".

Monique Aspirot: "actuellement, 700 pèlerins par semaine passent à St Jean Pied-de-Port"

La maison des pèlerins délivre le précieux "credencial" pour tous ceux qui font le pélerinage
La maison des pèlerins délivre le précieux "credencial" pour tous ceux qui font le pélerinage © Radio France - Bixente Vrignon

Les gens ont besoin de retrouver autre chose

Daniel Arbeletxe tient le petit gîte "Ametzanea" pour les pèlerins à Ostabat. C'est dans ce village que se rejoignent trois des chemins de St Jacques. Il raconte que "on a autant de Français que d'habitude, mais ce qui a manqué c'est les étrangers, américains, japonais ou québécois." et précise que "_les Français ont eu besoin de sortir de chez eux et retrouver autre chose_. On le voit partout, dans les activités en zone rurale, la coopérative Eztigar qui produit du cidre à côté d'ici, ils n'ont jamais eu autant de visites que cette année". Et la tendance ne va pas s'inverser, pour le mois de septembre, qui est aussi traditionnellement un gros mois, les propriétaires de gîtes pour pèlerins sentent une baisse: "Les gens ont peur parce qu'on nous dit que la maladie reprend du poil de la bête" rajoute Daniel Arbeletxe.

Si les pèlerins sont moins nombreux, alors pourquoi les rues sont elles bondées? C'est que les randonneurs du GR10 sont beaucoup plus nombreux cette année, ils remplacent le public de marcheurs du chemin de St Jacques.

Les boutiques spécialisées pour les pèlerins attirent toujours
Les boutiques spécialisées pour les pèlerins attirent toujours © Radio France - Bixente Vrignon

Muga hetsia balitz bezala

Azken finean, Garazi eta Orreaga artean, muga da hetsia balitz bezala. Daniel Arbeletxek baiezten du : "Badira frantsesak bainan Europatik usaian baino guttiago. Orokorki, udatiarrak nahiago dute etxetik ateratu, ikusten da : bada trumilka jende Garazin". Egoera ez da errexa beilarientzat, azpimarratzen du ere Jean-Louis Aspirot-k, Konpostelako bideen elkarteko buruak argudiatuz lo egiteko tokirik atxemaiteko mentsa dela: "parropiako eta herrien aterbeak hetsiak dira bainan baldintza biziki zorrotzekin. Ez da jaten ahal aterpeetan adibidez" . Muga pasatzen direnak, azken fianean, "espainiolak dira" gehitzen du. 

Daniel Arbeletxe: "ez da batere beilaririk beste erresumetatik aurten"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess