Faits divers – Justice

Le père argentin dément avoir enlevé ses enfants à Perpignan

Par Elisabeth Badinier, France Bleu Roussillon mardi 19 janvier 2016 à 18:05

Guillermo Cazenave, le papa des 3 enfants, recherché par la justice française
Guillermo Cazenave, le papa des 3 enfants, recherché par la justice française - Facebook

Guillermo Cazenave, le papa soupçonné d'avoir enlevés ses trois enfants à Perpignan en juin 2014 sort de son silence par l'intermédiaire de son avocate. Il est parti en Argentine pour faire soigner son fils et pensait revenir. Mais il aurait peur d'être arrêté en France.

Guillermo Cazenave, ce papa soupçonné d'avoir enlevé ses trois enfants à Perpignan en juin 2014 pour les emmener en Argentine, répond aux attaques de la maman, Sara Gérgori, par l'intermédiaire de son avocate, Maître Maude Geneste.

Cette dernière affirme que son client n'a pas fui en Argentine avec Claire (14 ans),  Adrien (12 ans) et Elisabeth (5 ans). Il est rentré dans son pays pour faire opérer son fils qui souffre d'énurésie sévère. Et l'opération était programmée.

"L'opération était prévue, mais ils devaient rentrer."

"Le départ à Buenos-Aires était prévu, leur petit garçon a un problème d'incontinence sérieux et il était prévu qu'il soit soigné dans une capitale. Pour des raisons financières, c'était plus pratique de le faire soigner à Buenos-Aires où il pouvait être logé et où monsieur Cazenave a un ami spécialiste de ce genre d'opérations. Il pouvait donc être suivi. Donc il était prévu qu'Adrien y a aille en juin 2014."

"Il se trouve que les parents se sont séparés et le papa a été mis dehors, mais il n'a pas renoncé au projet de soigner son fils et il a avancé le départ d'Adrien. Ça s'est passé dans une période où madame Grégori était très occupée dans son travail. Je ne juge pas, ce n'est pas facile de travailler et de s'occuper de ses enfants. Mais tout le monde est parti dans la précipitation dans une situation un peu de panique."

"Aujourd'hui le père a peur d'être arrêté, mais les enfants vont super bien."

"Il ne s'agissait pas de s'envoler dans un pays inconnu. Il était prévu qu'ils reviennent au mois de septembre, mais étant donné que des plaintes ont été portées contre lui, il a peur d'être arrêté. Les enfants ont peur que leur père soit arrêté." 

"Nous ne sommes pas dans une situation de séquestration, les enfants vont super bien. Ils sont chez leurs cousins. Ils sont actuellement en grandes vacances. Ils sont entourés de leur tante de leur oncle. Ils sont très bien."

"La situation ne peut pas perdurer. Je comprends car je suis moi même une maman et il est hors de question que les enfants restent éloignés de leur mère. Mais nous sommes dans une situation de blocage : le papa ne peut pas rentrer, les enfants ne veulent pas rentrer sans leur père. Ils ont peur de ne plus le revoir, ils sont très proches de lui. Nous sommes dans une situation de blocage."

"Ce n'est ni rapt, ni une séquestration."

"Quant on parle d'enlèvement et de séquestration, il faut savoir que la maman a des nouvelles de ses enfants qui lui écrivent tous les jours. Ce n'est pas le portrait qu'on a fait. Si elle se rendait en Argentine, elle pourrait voir ses enfants puisqu'un billet était réservé pour elle, mais je peux comprendre qu'elle n'ait pas envie d'y aller. Ce n'est pas à elle de se rendre en Argentine. C'est un peu facile de dire que c'est à elle d'y aller, c'est au papa de rentrer. Il était prévu qu'il rentre en septembre, mais maintenant on le menace d'un mandat international. Il a la trouille. Mettez vous à sa place, il n'a pas envie de rentrer, mais il était prévu qu'il rentre !"

"Elle peut y aller, elle n'est pas menacée là-bas. D'ailleurs elle est déjà allée là-bas dans sa belle-famille. Ce n'est pas du tout dangereux pour elle. On n'a pas affaire à un fou. Des menaces, il y en a eu des deux côtés. Sur Facebook, on fait n'importe quoi et tout le monde perd la raison."

Maitre Maud Geneste, l'avocat de Guillermo Cazenave

Sara Grégori a été menacée de mort par le frère de son ancien compagnon. Elle a porté plainte samedi dernier au commissariat de Perpignan. 

Par ailleurs, elle a aussi lancé une page Facebook et une pétition pour essayer de récupérer ses enfants dont elle a obtenu officiellement la garde de la part de la justice.

À voir aussi

* [L'appel à l'aide d'une mère de famille privée de ses enfants depuis 19 mois](http://L) * [Elle lance une pétition pour retrouver ses enfants](https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/elle-lance-une-petition-pour-retrouver-ses-enfants-enleves-par-leur-pere-perpignan-en-2014-1452616215)

Partager sur :