Faits divers – Justice

Le père Chidaine jugé ce jeudi après-midi à Clermont-Ferrand pour atteintes sexuelles

Par Olivier Vidal, France Bleu Pays d'Auvergne et France Bleu jeudi 26 janvier 2017 à 6:00

Les évêques de France ont célébré une messe de repentance pour les victimes de pédophilie le 7 novembre dernier à Lourdes.
Les évêques de France ont célébré une messe de repentance pour les victimes de pédophilie le 7 novembre dernier à Lourdes. © AFP - Pascal Pavani

Le père Chidaine est jugé devant le tribunal de Clermont ce jeudi après-midi. Il est soupçonné d'atteintes sexuelles sur mineurs de -15 ans lors d'une mission en Centrafrique, entre 2008 et 2010. L'ecclésiastique s'était dénoncé lui-même en adressant une lettre au procureur à son retour en France.

Ce sera un procès tout particulier. Sans la présence de victimes, ni de partie civile. Ce jeudi après-midi le père Chidaine comparaît devant le tribunal correctionnel de Clermont-Ferrand. L'ecclésiastique puydômois est jugé pour atteintes sexuelles lors d'une mission (la construction d'une école) qu'il menait en Centrafrique, entre 2007 et 2010.

L'homme, âgé aujourd'hui de 48 ans, s'était dénoncé lui-même en janvier 2011 dans une lettre adressée au procureur de la république de Clermont dans laquelle il indiquait avoir eu des comportements déviants envers des jeunes adultes.

Il faudra attendre septembre 2012 pour que l'homme d"Eglise soit entendu dans le cadre de l'enquête. Il confirme alors ses écrits et évoque quatre victimes dont un mineur de -15 ans. L'éclésiastique est dans la foulée placé en détention avant d'être libéré huit jours plus tard après un appel devant la chambre de l'instruction. Le père Chidaine est donc depuis sous contrôle judiciaire.

Une enquête compliquée en raison de la localisation des victimes, en Centrafrique

L'instruction ne parviendra pas à confirmer l'intégralité des propos du père Chidaine. Il est en effet très compliqué d'identifier et d'entendre les présumées victimes dans un pays, la Centrafrique, en proie à la guerre civile. Au final le juge d'instruction ne "retiendra" que deux victimes d'atteintes sexuelles, donc sans contrainte, deux victimes qui ne seront pas présentes lors de ce procès.

Le père Chidaine encourt jusqu'à dix ans de prison. Il y a quelques mois, le diocèse de Clermont indiquait vouloir rester dans l'attente de la décision définitive de la justice avant de se lancer dans un éventuel procès canonique.