Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Le père d'un bébé mis en examen pour violences ayant entraîné des séquelles irréversibles à Alès

-
Par , France Bleu Gard Lozère, France Bleu

Un Alésien a été mis en examen ce mardi pour violences sur mineur et laissé en liberté. Le 25 novembre dernier, "sous le coup d'une très intense fatigue", il a "secoué" son bébé de cinq semaines. Le pronostic vital était engagé, l'enfant encore hospitalisé devrait en garder des séquelles à vie.

Patrick Bottero, vice-procureur au TGI de Nîmes.
Patrick Bottero, vice-procureur au TGI de Nîmes. © Radio France - Ludovic Labastrou

Alès, France

Un Alésien âgé de 30 ans a été mis en examen pour "violences sur mineur de 15 ans par ascendant ayant entraîné une infirmité permanente". Présenté ce mardi devant un juge de Nîmes, il a été placé sous contrôle judiciaire et remis en liberté. Le 25 novembre dernier, il a secoué pour le faire taire son bébé âgé de cinq semaines. Il a été interpellé par les gendarmes d'Alès et a reconnu en garde à vue les faits. Des aveux réitérés devant le parquet de Nîmes.

Plusieurs nuits sans dormir et une intense fatigue

Le bébé, transporté aux urgences d'Alès le 25 novembre, a immédiatement été transféré sur Montpellier suite au scanner et aux examens. Son pronostic vital était alors engagé. Le 9 décembre, le parquet d'Alès a ouvert une enquête pour violences. Le papa s'était déjà confié à ses collègues de travail. Placé en garde à vue ce mardi, il a confirmé des violences commises sur son bébé de cinq semaines (le syndrome du bébé secoué) consécutives, selon lui, "à plusieurs nuits sans dormir et l'intense fatigue qui en a découlé". 

Il encourt jusqu'à 20 ans d'emprisonnement

Le parquet a demandé ce mardi le placement sous écrou de cet agent hospitalier au CHU d'Alès "bien inséré et sans histoires". Il a été finalement remis en liberté avec interdiction de revoir son fils qui est sorti d'affaire mais gardera des "séquelles irréversibles". Le père encourt 20 ans d'emprisonnement.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu