Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le député Louis Aliot refuse de se rendre à une convocation de la police

-
Par , France Bleu Roussillon, France Bleu
Perpignan, France

Le nouveau député des Pyrénées-Orientales a refusé de se rendre ce jeudi matin à une convocation de l'office anticorruption de Nanterre, qui enquête sur les assistants parlementaires d’eurodéputés Front national.

Louis Aliot
Louis Aliot © Radio France

Louis Aliot devait être entendu ce jeudi matin par l'office anticorruption à Nanterre. Le député des Pyrénées-Orientales a refusé de s'y rendre. Il met en avant son immunité parlementaire.

Le Front national est soupçonné d'avoir mis en place un système pour rémunérer ses permanents ou des cadres. Des crédits européens auraient été utilisés pour cela.

Pourquoi les enquêteurs souhaitent-ils entendre Louis Aliot ? Tout simplement en raison de ses responsabilités au Front national. Il est vice-président du parti.

Louis Aliot a automatiquement perdu son siège de député européen après son élection à l'Assemblée nationale dimanche dernier.

Le préjudice estimé par le Parlement européen serait proche des cinq millions d'euros ces cinq dernières années. C'est trois fois plus que la précédente estimation. Les services du Parlement européen s'appuient sur l'enquête en cours et les rapports du gendarme antifraude.

Louis Aliot n'est pas contraint de se rendre à la convocation. Il jouit de l'immunité parlementaire jusqu'à la fin de son mandat. En mars dernier, Marine Le Pen avait elle aussi refusé de se rendre à une convocation en vue d'une mise examen pour abus de confiance.

Dix-neuf autres eurodéputés sont concernés par cette enquête, dont des élus Modem. Ce dossier a poussé hors du gouvernement trois ministres centristes, dont un certain François Bayrou.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess