Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Jeu de l'olive : le personnel du collège de Saint-Gervais-sur-Mare sort de son silence avant les vacances

vendredi 29 juin 2018 à 8:43 Par Stefane Pocher, France Bleu Hérault

Les parents d'élèves du collège de Saint-Gervais-sur-Mare (Hérault), ont été reçus jeudi par le personnel et le principal de cet établissement. Un élève de 6e a été victime au début du mois de juin du jeu de l'olive. Le personnel voulait avant tout rassurer et surtout dire sa vérité.

La cour de récréation du collége
La cour de récréation du collége © Radio France - Stéfane Pocher

L'enquête de gendarmerie se poursuit après l'agression dont a été victime un élève de 6e du collège de Saint-Gervais-sur-Mare. Alors que les vacances scolaires approchent les personnels ont souhaité dire leur vérité. Ce jeudi soir, ils ont rencontré les parents d’élèves pour rappeler que toutes les mesures avaient été prises.

Comme France Bleu Hérault vous le révélait, un enfant de 12 ans, a été victime le 4 juin dernier du jeu de l'olive. Un de ses camarades lui aurait mis un bâton dans les fesses à travers ses vêtements alors qu'il était en cours de sport. Une plainte pour agression sexuelle a été déposée par ses parents. L'auteur des faits a aussitôt été exclu définitivement de l'établissement.  Cette affaire médiatique a créé un profond malaise dans cette petite commune de 800 habitants au nord de Béziers.  

"À aucun moment nous n'avons cherché à étouffer l'affaire." 

Vingt à 30 parents d’élèves ont fait le déplacement jeudi soir au collège pour comprendre, savoir depuis combien de temps ce jeu durait et si leur enfant en avait été victime.  Le personnel du collège a surtout voulu dire aux parents présents que toutes les mesures avaient été prises après cette agression.  "À aucun moment nous n'avons voulu étouffer cette affaire", explique l'un d'eux.

L'expulsion des auteurs en commission de discipline

L'éducation nationale avait aussitôt réagi. L'auteur des faits, convoqué pour agression sexuelle en commission de discipline le 15 juin a été exclu définitivement de son établissement.  Il était plutôt populaire. Le bien aimé de sa classe et décrit comme un gamin gentil.  Il ne s'est pas rendu compte de son geste. Et  aucun de ses camarades ne pensait un seul instant que ce jeu était dangereux.

Après cette agression, les parents ont eu l'impression que les enfants étaient en insécurité. Les rumeurs les plus folles ont circulé dans le village et dans les communes voisines. 

Le professeur de sport en arrêt de travail après des agressions verbales répétées

"C'est allé trop loin", explique une enseignante. Le professeur de sport est arrêt de travail depuis une semaine. Les faits se sont déroulés dans son cours.  Il a été agressé verbalement à plusieurs reprises par des habitants qu'il ne connaissait  même pas.  "C'est désolant" explique un autre agent. 

Cet enseignant de 45 ans a  pourtant été le premier à réagir.  D'abord en envoyant la victime Hugo, à l'infirmerie.  Ensuite en rédigeant son rapport  et sermonnant les élèves. "Ici il n'y a pas d’insécurité", expliquent les fonctionnaires.  Seulement 130 élèves et des conditions de travail idéales : 18 à 20 élèves par classe.

La cour de récréation, trop petite, ressemble plus à celle d'une école primaire. Ici tout se sait. "Rien ne nous échappe, explique un autre professeur. Un jour, un élève est entré avec un demi parquet de cigarettes dans son cartable, il n'a pas fallu attendre bien longtemps avant d'intervenir". 

Le personnel assure que ce jeu de l'olive n'est pas aussi répandu qu'on veut bien le dire. Ce n'est pourtant pas ce que certains avaient dit à France Bleu Héraut il y a encore quelques jours. Après l'agression, des élèves avaient expliqué en classe "qu'un jour ils étaient victimes, le lendemain, auteurs du jeu, mais jamais ils pensaient que c'était mal".

Quant au morceau de bois, des élèves qui étaient derrière la victime, assurent que ce n'est pas cet objet qui a été utilisé, contrairement à ce que dit la victime. L'enquête en cours le déterminera.