Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le personnel pénitentiaire en grève dès ce mercredi à la prison de Seysses

mardi 5 mars 2019 à 20:10 Par Théo Caubel, France Bleu Occitanie

Après l'attaque au couteau de deux surveillants à la prison de Condé-sur-Sarthe dans l'Orne, plusieurs syndicats pénitentiaires appellent à la grève "illimité" dès mercredi. Ils demandent plus de moyens.

Plusieurs syndicats pénitentiaires appellent au blocage des prisons.
Plusieurs syndicats pénitentiaires appellent au blocage des prisons. © Maxppp - PHOTOPQR/LA DEPECHE DU MIDI/MAXPPP

Seysses, France

Le personnel pénitentiaire rentre en grève. Plusieurs syndicats, dont Force Ouvrière et la CGT, appellent au blocage des prisons dès ce mercredi. Ils protestent après l'attaque au couteau à la prison de Condé-sur-Sarthe dans l'Orne ce mardi. Deux surveillants ont été grièvement blessés au couteau par un détenu radicalisé. La ministre de la Justice, Nicole Belloubet, parle d'une "attaque terroriste".

Une classification des établissements et plus de personnels 

"Ce qu'on demande, c'est une classification des établissements pour que les détenus soient gardés par un personnel adéquat et qu'il y ait plus de surveillants", explique Jérôme Combelles secrétaire local Force Ouvrière à la prison de Seysses au sud de Toulouse.

Nous avons 135 détenus pour un seul surveillant - Jérôme Combelles

Son établissement rentre en grève dès ce mercredi. Et un blocage est prévu pour jeudi. Il part sur un mouvement "illimité" tant que les revendications ne seront pas entendues.

Il donne un exemple pour alerter sur le cas des prisons françaises, "à Seysses nous avons 135 détenus pour un seul surveillant à l'étage. Donc il devient de plus en plus difficile, avec des missions supplémentaires, d’exercer notre métier" déplore-t-il.