Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le petit singe du zoo de Mervent retrouvé à Nantes

vendredi 27 juillet 2018 à 15:02 Par Audrey Dumain, France Bleu Loire Océan et France Bleu

Quito, le mâle Tamarin de Goeldi du zoo de Mervent (Vendée) avait disparu le 13 juillet après un vol par effraction dans l'établissement. Il a été retrouvé près de deux semaines plus tard, le 26 juillet, sur un parking à Nantes.

Le petit singe "Quito" a été retrouvé dans la région nantaise.
Le petit singe "Quito" a été retrouvé dans la région nantaise. © Radio France -

Nantes, France

Au Natur'Zoo de Mervent, dans le Sud-Vendée, toute l'équipe peut enfin souffler. Leur Tamarin de Goeldi, un petit singe noir qui ne pèse pas plus de 600 grammes a été retrouvé à Nantes. Il avait été dérobé le 13 juillet dernier, lors d'un vol par effraction.

Légèrement amaigri, le singe va bien

C'est la police qui l'a aperçu vers 21h30, jeudi, sur le parking d'un supermarché dans le quartier de Chantenay. L'animal a ensuite été capturé vers 22 heures, par les pompiers. Le directeur du zoo, Sébastien Laurent, est allé le chercher ce vendredi matin chez les pompiers, à Orvault. Le singe est "légèrement amaigri mais ne montre pas de signes cliniques inquiétants", explique t-il. 

Des questions sans réponses

Un check-up vétérinaire sera réalisé d'ici trois jours : "la nourriture donnée n’était certainement pas adéquate." En attendant, Quito a été mis en quarantaine pour raisons sanitaires. Le directeur du zoo vendéen dit ne pas savoir, à ce stade, "si l’animal s’est échappé de ses ravisseurs ou s’ils l’ont relâché volontairement car ils n'avaient plus rien à faire avec lui vu qu’il n’était pas familier".