Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Quel est l'impact des onze manifestations de "gilets jaunes" à Dijon ?

-
Par , France Bleu Bourgogne

Alors que se prépare l'acte XII des gilets jaunes ce week-end, le préfet de région a tenu ce jeudi une conférence de presse en compagnie du maire de Dijon, excédé par ces manifestations à répétition, et qui attend du gouvernement une réponse politique rapide.

Le préfet de région, au centre, entouré du maire de Dijon et des représentants des forces de l'ordre
Le préfet de région, au centre, entouré du maire de Dijon et des représentants des forces de l'ordre © Radio France - Jacky Page

Dijon, France

Les gilets jaunes préparent leur 12e samedi de manifestations. Le préfet de la région Bourgogne-Franche-Comté, Bernard Schmeltz, a tenu ce jeudi après-midi une conférence de presse en compagnie du maire de Dijon, François Rebsamen, du général commandant la région de gendarmerie, Thierry Cailloz, et du directeur départemental de la sécurité publique, Jean-Claude Dunand, afin de faire le point après deux mois et demi d'un conflit qui s'enlise.

François Rebsamen souhaite une réponse politique rapide

Le maire de Dijon demande une mise sous protection du centre-ville. Ce mouvement social, les troubles et les dégâts qui en découlent, sont près de coûter un million d'euros à la métropole. C’est un point d’impôt, souligne François Rebsamen, qui  souhaite une réponse politique rapide du gouvernement pour faire cesser les manifestations :« il faut répondre à l’attente de justice sociale et fiscale, et vite ». Et il cite l’impôt sur la fortune, dont le rétablissement est réclamé par les gilets jaunes. En attendant, le maire veut que les casseurs soient arrêtés et traduits devant la justice. 

64 interpellations à Dijon

A Dijon, 64 personnes ont été interpellées et 15 membres des forces de l'ordre blessés, au cours des 11 manifestations. Jean-Claude Dunand, directeur départemental de la sécurité publique, assure qu'il donne à ses hommes la consigne de résister le plus longtemps possible aux agressions, avant de riposter. Outre les insultes, les forces de l’ordre ont essuyé des jets de pavés, de boulons, de ballast ramassé par les manifestants au cours de leurs incursions sur les voies à la gare. Également des jets de bouteilles d’acide, de peinture, et même, samedi dernier, des excréments.

Appels à la violence sur les réseaux sociaux

La gendarmerie de son côté a compté 14 blessés dans ses rangs en Bourgogne, et a procédé à 33 interpellations. Plus de 2000 gendarmes ont été mobilisés pour des missions de maintien de l’ordre liées aux gilets jaunes. Mais pendant ce temps-là, ils ne peuvent pas exercer leurs autres missions. Les malfaiteurs semblent en profiter, puisque les cambriolages sont plus nombreux, 24 en une semaine autour de Beaune et Dijon.

Police et gendarmerie sont aussi attentives aux appels à la haine qui circulent sur les réseaux sociaux. Le général Thierry Cailloz, commandant la région de gendarmerie, évoque la récente interpellation d’un homme de 60 ans, qui appelait à prendre les armes contre les forces de l’ordre. L’homme s’est étonné qu’on l’interpelle, parce que disait-il, «tout le monde faisait pareil».

"Une interpellation non déclarée fait le jeu des casseurs"

Pour le préfet de région Bernard Schmeltz, dans une démocratie où la liberté d’expression est garantie, il n’y a pas de place pour la violence. Il constate que les interdictions de manifester sont systématiquement ignorées. Il déclare ne faire « _aucun amalgame entre les manifestants qui défilent pacifiquement et les casseurs_. Mais une manifestation non déclarée fait le jeu des casseurs. » Bernard Schmeltz invite les gilets jaunes à se désolidariser des casseurs. Il invite aussi les simples passants à passer leur chemin quand les manifestations commencent à dégénérer. Sur les vidéos des caméras de surveillance, on peut voir des familles avec des enfants, regarder les casseurs à l’œuvre. « Ce n’est pas un spectacle, on n’est pas dans un jeu vidéo, c’est une opération d’ordre public qui peut comporter des risques ».