Faits divers – Justice

Policier de la BRI tué par balle lors d’un exercice à Francazal : une balle restée dans le pistolet

Par Olivier Lebrun, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass, France Bleu Toulouse et France Bleu vendredi 13 octobre 2017 à 12:44

L'ancienne base aérienne de l'armée de l'air de Francazal à Cugnaux près de Toulouse
L'ancienne base aérienne de l'armée de l'air de Francazal à Cugnaux près de Toulouse © Radio France - Bénédicte Dupont

Selon les premiers éléments de l’enquête, le policier de la BRI qui a tué l’un de ses instructeurs mercredi 11 octobre lors d’un exercice d'entrainement antiterroriste sur la base de Francazal aurait fait une erreur de manipulation. Une balle était chargée dans son pistolet.

Le drame de la mort de ce policier d'élite de la BRI, tué mercredi 11 octobre vers 18h par l'un de ses collègues, lors d'un exercice d'entrainement antiterroriste sur la base de Francazal près de Toulouse, les enquêteurs de l'inspection générale de la police nationale et de la PJ tentent de déterminer les circonstances de ce qui apparait comme un tragique accident. L'arme utilisée n'aurait jamais dû être chargée.

Une balle dans le chargeur

D'après les premiers éléments de l'enquête, c'est lors d'une simulation de prise d'otage opposant deux groupes de policiers «arme à la main», que le policier instructeur de 46 ans a été terrassé par une balle tiré par l'un de ses collègues.

Hors ce type d'exercice ne se fait jamais à balle réelle, théoriquement, les armes sont vides, indique le parquet.

Que s'est-il passé ? Les enquêteurs cherchent à savoir pourquoi une balle est restée dans le chargeur du pistolet Glock utilisé par le policier de la BRI, ce Niçois d’une quarantaine d’année était pourtant moniteur de tir. Malgré les vérifications auxquellesn sont soumis ces policiers d'élite, une erreur s'est produite.

L'autopsie pratiquée a confirmé la mort par balle de l’instructeur de 46 ans originaire de Strasbourg, marié et père de deux enfants.

L'auteur du coup feu très choqué, a été hospitalisé, il n'a pas été placé en garde à vue pour l'instant.

Une enquête ouverte pour "homicide involontaire"

Le parquet de Toulouse a ouvert une enquête en flagrance pour "homicide involontaire", il s'agira de déterminer dans les jours qui viennent ce qui a pu aboutir à ce tragique accident. La thèse accidentelle ne fait aucun doute, mais il s’agira de savoir s’il y a eu une faute individuelle.

Le site de l'ancienne base aérienne 101 de Francazal, à Cugnaux dans la périphérie de Toulouse a été abandonné par l'armée de l'air en 2009. Il sert aujourd'hui régulièrement de terrain d'entraînement pour les forces de l'ordre. Une vingtaine d’hommes de la BRI, la brigade d’intervention de la PJ, venus de toute la France , étaient réunis depuis une semaine pour ce stage d'entrainement qui devait durer trois semaines.