Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Geneviève Legay, la militante blessée à Nice

Gilets jaunes : le policier qui a blessé Geneviève Legay à Nice présente ses excuses

-
Par , France Bleu Azur, France Bleu

Deux mois après la manifestation de "gilets jaunes" dans laquelle la militante d'Attac a été blessée à Nice, le rapport d'audition du policier qui était dans la charge et qui a bousculé Geneviève Legay est révélé. Il présente ses excuses.

Le militante Geneviève Legay, 73 ans blessée samedi dernier à Nice dans la manifestation des Gilets Jaunes.
Le militante Geneviève Legay, 73 ans blessée samedi dernier à Nice dans la manifestation des Gilets Jaunes. © Radio France - Arnold Jerocki

Nice, France

"Je suis sincèrement désolé pour Geneviève Legay". C'est en ces mots que le major Michel V. , 50 ans, s'exprime dans ce procès-verbal que s'est procuré Le Parisien deux mois après les faits. "L'action a été très rapide je me trouvais dans un mouvement général qui a pour but de gagner du terrain", se justifie le policier qui rappelle que les sommations d'usages avaient été prononcées lors du rassemblement interdit de gilets jaunes à Nice, le 23 mars dernier.

"Quand on charge, on pousse, je n'ai pas utilisé mon Tonfa, j'ai poussé avec les mains."

Dans un premier temps  il avait nié les faits avant de reconnaître, face aux images vidéo qui l'accablaient, sa responsabilité. Là encore il évoque sa bonne foi : "Je suis surpris, moi je me rappelle avoir poussé un homme sans pouvoir le décrire".

Le major Michel V. devrait être réentendu prochainement par la police des polices.