Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Gilets jaunes : le préfet de Côte-d'Or invité de France Bleu Bourgogne

lundi 10 décembre 2018 à 10:36 Par Stéphane Parry, France Bleu Bourgogne

Bernard Schmeltz était ce matin l'invité de France Bleu Bourgogne. Le préfet de Côte-d'Or est revenu sur la quatrième journée de mobilisation des gilets jaunes à Dijon.

Bernard Schmeltz, le préfet de Côte-d'Or
Bernard Schmeltz, le préfet de Côte-d'Or © Radio France - Stéphane Parry

Dijon, France

Après la quatrième journée de mobilisation des gilets jaunes, le préfet de Côte-d'Or a fait le point ce lundi matin au micro de France Bleu Bourgogne sur la mobilisation du week-end. Sur les chiffres, tout d'abord, 1500 personnes ont manifesté ce samedi dans les rues de Dijon. Dans les rangs des manifestants, huit personnes ont été blessées. Aucune dans les rangs des forces de l'ordre. Les policiers et gendarmes ont procédé à 6 interpellations. Quatre personnes sont convoquées ce lundi en comparution immédiate devant le tribunal correctionnel. 

A la question, le préfet est-il à la hauteur pour protéger les habitants, Bernard Schmeltz a répondu que ce n'était pas a lui de répondre, "qu'il n'était pas tout seul pour assurer la tranquillité publique, et qu'il était entouré de fonctionnaires compétents, de policiers expérimentés, qui font preuve de sang froid".   

"Le mot d'ordre de cette 3e journée de mobilisation, c'était assaut sur la préfecture"  Bernatd Schmeltz, préfet de Côte-d'Or

Durant l'interview, le préfet de Côte-d'Or est revenu sur la précédente manifestation. Pour lui, l'ampleur du rassemblement du 1er décembre n'a pas été sous-estimée. "Nous savions que nous aurions au moins 1500 personnes à Dijon, que nous aurions un groupe de casseurs. Le problème, c'est que nous n'avions pas autant de policiers et de gendarmes. Ce jour-là, il y avait une volonté de mener un assaut contre la préfecture."

C'est la raison pour laquelle, les moyens ont été renforcés samedi dernier : "nous avions davantage de gendarmes mobiles", confirme le préfet de Côte-d'Or. Résultat: il y a eu moins de débordements et moins de dégâts, "des barricades, des tags mais pas de voitures retournées."  

"Les policiers et les gendarmes reçoivent des pavés, des boulons et des bouteilles d'acides" - Bernard Schmeltz, préfet de Côte-d'Or

A propos des jets de lacrymogènes et des flash balles utilisés par les forces de l'ordre, Bernard Schmeltz a coupé court à la polémique : "les policiers et les gendarmes reçoivent des pavés, des boulons et des bouteilles d'acides. Ils réagissent selon les règles, lorsqu'ils sont agressés, après sommation, ils ripostent. Je tiens à dire que les policiers ont fait preuve à la fois de beaucoup de retenue, de sang froid et de fermeté." Le préfet de Côte-d'or invite à la méfiance à propos des informations qui circulent sur les réseaux sociaux, et notamment celles véhiculées par l'ultra-gauche qui selon lui est passée maître dans l'art de la manipulation.

Enfin, sur l'état des troupes, le représentant de l'Etat en Côte-d'Or, a tenu à féliciter les forces de l'ordre : "les policiers et les gendarmes espèrent comme nous que tout va s'arrêter, que le pays va retrouver le calme. Les forces de l'ordre sont conscientes de leurs responsabilités. Policiers et gendarmes sont très concentrés. Ils sont fatigués mais déterminés à remplir jusqu'au bout leurs rôles au service de la paix publique."