Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le préfet de Haute-Savoie estime qu'on ne peut pas contrôler les sacs des alpinistes

jeudi 24 août 2017 à 16:26 Par Nelly Assénat, France Bleu Pays de Savoie et France Bleu

Dans une lettre, le préfet de Haute-Savoie répond au maire de Saint-Gervais qui a pris un arrêté obligeant les alpinistes à avoir un équipement minimum pour gravir le Mont-Blanc. Le représentant de l'Etat estime la légalité de ce texte "contestable".

Pierre Lambert estime que le maire ne peut pas réglementer la pratique de la montagne
Pierre Lambert estime que le maire ne peut pas réglementer la pratique de la montagne © Maxppp - Maxppp

Chamonix-Mont-Blanc, France

C'est une réponse qui ne va pas calmer le débat. Dans une lettre datée de mardi 22 août, le préfet de Haute-Savoie répond à Jean-Marc Peillex le maire de Saint-Gervais qui l'interpellait sur le "silence de l'Etat" après la multiplication des décès dans le Mont-Blanc depuis début août.

Alors qu'on déplore au moins huit morts depuis le début du mois parmi les candidats à l'ascension du Mont-Blanc, le maire de Saint-Gervais a pris un arrêté obligeant les alpinistes à partir avec un équipement minimum, sous peine d'amende.

Le rôle premier du PGHM est d'assurer le secours, pas la verbalisation—Le préfet de Haute-Savoie

Le préfet de Haute-Savoie Pierre Lambert estime que "la légalité du texte est contestable", mais malgré tout, il ne saisira pas le juge administratif. Dans sa réponse envoyée à Jean-Marc Peillex, le préfet considère que l'arrêté de l'élu municipal doit être pris comme un message d'alerte face aux comportements irresponsables. Toutefois, le représentant de l'Etat estime que "le premier rôle du peloton de gendarmerie de haute-montagne est d'assurer le secours en montagne" et non la verbalisation des alpinistes.

La préfecture de Haute-Savoie estime que le rôle du maire est d'informer les usagers de la montagne sur ses risques mais pas d'en réglementer la pratique. Pour la préfecture, la pratique de la montagne est libre sauf réglementation ponctuelle et temporaire sur des risques localisés.

Les alpinistes sont-ils équipés ? Reportage de Pauline Pennanec'h

→ À lire aussi :