Faits divers – Justice

Le préfet de la Loire interdit la manifestation contre l'armement de la police

Par Émeline Rochedy, France Bleu Saint-Étienne Loire et France Bleu vendredi 21 octobre 2016 à 14:05

La dernière manifestation du collectif contre l'armement de la police dans le Finistère en octobre 2015.
La dernière manifestation du collectif contre l'armement de la police dans le Finistère en octobre 2015. © Maxppp - François Destoc

Le préfet de la Loire a décidé d'interdire le rassemblement annoncé ce samedi à Saint-Étienne contre l'armement de la police. Évence Richard estime que le collectif "désarmons la police" constitue un trouble à l’ordre public.

La préfecture de la Loire a décidé d'interdire la manifestation prévue les 22 et 23 octobre sur Saint-Étienne qu'un collectif d'extrême gauche et zadiste comptait organiser contre l'armement de la police. Le représentant de l'État fait valoir le contexte plus que tendu du côté des forces de l'ordre notamment depuis l'agression de quatre policiers au cocktail molotov à Viry-Chatillon.

"Compte tenu de la mobilisation extrême des forces de l’ordre dans le contexte de l’état d’urgence, de la répétition d’actions violentes, dont certaines particulièrement graves, récemment perpétrées à l’encontre de fonctionnaires de police", explique le préfet. Il met aussi en avant le passif des organisateurs des "troubles importants à l’ordre public causés notamment l’an passé par le collectif « Désarmons la police »", en faisant référence dans son arrêté, à la manifestation à Pont-de-Buis, visant cette fois un fabricant de grenades lacrymogènes. Pour leur édition 2016, les organisateurs avaient choisi Saint-Étienne du fait de la présence de Verney-Carron, l'armurier fournissant la police en flash-ball. Après un premier rendez-vous sur Bellevue le samedi matin, ils prévoyaient une "parade carnavalesque" l'après-midi dans "la capitale du Famas", le fusil d'assault de la manufacture d'armes de Saint-Étienne.

Les organisateurs ont finalement déclaré leur manifestation en bonne et dûe forme ce jeudi en préfecture, ce qui permet au représentant de l'État d'interdire le rassemblement.

Partager sur :