Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le préfet du Doubs en visite à la Petite-Hollande après deux semaines de violences urbaines

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard

Le préfet du Doubs, Joël Mathurin, est venu en visite mercredi soir dans le quartier de la Petite Hollande à Montbéliard après deux semaines d'incidents. Le représentant de l'Etat a rencontré les policiers de la zone mais s'est surtout entretenu avec des jeunes du quartier.

Le préfet, Joël Mathurin, s'est entretenu avec des jeunes du quartier
Le préfet, Joël Mathurin, s'est entretenu avec des jeunes du quartier © Radio France - William Gay Costa

Alors que la maire de Montbéliard, Marie-Noëlle Biguinet, a envoyé mardi un courrier au ministre de l'Intérieur pour réclamer des renforts policiers, Joël Mathurin, le préfet du département du Doubs, a rendu visite aux policiers mercredi soir dans le quartier de la Petite-Hollande. Il s'est surtout entretenu avec les jeunes habitants de la zone de sécurité prioritaire.

Arrivé aux alentours de 20h30, le préfet commence par s'entretenir avec des élus et les forces de l'ordre. Néanmoins, vers 21h15, quelques pétards explosent au loin et un homme est arrêté en marge du déplacement. Joël Mathurin se décide alors à aller à la rencontre d'un groupe de jeunes qui s'est formé sur le trottoir d'en face : "Vous êtes du quartier ? Ça chauffe par ici !", lance le préfet. "On a rien à dire !", répond l'un d'entre eux.

L'accueil est mitigé. La plupart des jeunes ne le reconnaisse pas. "Vous êtes qui monsieur ?", lâche l'un d'entre eux. "C'est une très bonne question, je suis le préfet du Doubs, lui dit-il. Ça veut dire que je suis le chef d'orchestre des services de l'Etat et quand ça ne marche pas, je viens voir pourquoi ça ne marche pas !".  

La solution, c'est qu'ils fassent leur travail correctement", l'un des jeunes à propos des policiers. 

Les présentations faites, les langues se délient. Pour les jeunes, le cœur du problème, c'est l'attitude des policiers. "Quand ils viennent, c'est juste pour nous mettre des bâtons dans les roues, affirme l'un d'entre eux. Ils nous provoquent, et quand on répond, ils sont pas contents. C'est pas parce que c'est la police qu'on doit les respecter. S'ils nous respectent pas, on les respecte pas", conclut-il.

Une accusation vite balayée par Joël Mathurin : "Et donc, la solution, c'est que certains mettent leur vie en l'air en allant à l'affrontement avec les policiers ?", interroge-t-il ironiquement. "La solution, c'est qu'ils évitent ce comportement. (...), qu'ils fassent leur boulot correctement", répond un autre

Des renforts ponctuels à la Petite-Hollande.

Malgré une heure de discussion, chacun reste sur ses positions mais certains reconnaissent au préfet le mérite d'être venu au contact. "Vous, vous vous êtes déplacé. Après cela, je pense qu'ils vont se calmer", admet un jeune homme de 20 ans. "Je l'espère, lui répond le préfet. Parce qu'à votre âge, on ne doit pas être dans l'affrontement avec la police, parce que ça peut avoir des conséquences".

Le préfet a promis de revenir prochainement dans le quartier, une fois la situation revenue à la normale. Il a également assuré que "le quartier sera tenu" et que des policiers seront envoyés en renfort à chaque fois que des violences auront lieu à la Petite-Hollande. Une compagnie de CRS a été déployée. Pour autant, Joël Mathurin n'a annoncé aucune mesure de renforcement à long terme des effectifs de police à Montbéliard. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess