Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le Préfet interdit la chaîne humaine des Gilets jaunes dans le Finistère

vendredi 25 janvier 2019 à 19:14 Par Annaïg Haute, France Bleu Breizh Izel et France Bleu Armorique

Le rassemblement prévu dimanche au départ de Châteaulin (Finistère) est interdit par la Préfecture. Le représentant de l'Etat estime que les organisateurs ne présentent pas suffisamment de gages de sécurité.

Les manifestants qui se présenteraient quand même risquent gros.
Les manifestants qui se présenteraient quand même risquent gros. © Maxppp - Jan Schmidt-Whitley/Le Pictorium

Chateaulin, France

Les Gilets jaunes voulaient organiser une Chaîne humaine depuis différent points de France pour rallier Paris, ce dimanche. L'un des tronçons devait relier Châteaulin (Finistère) à Versailles. Mais le Préfet du Finistère interdit le rassemblement dans le département.

Les conditions de sécurités ne sont pas réunies 

Pascal Lelarge affirme que "la saisine des autorités par les organisateurs a été tardive, et il a été constaté que les organisateurs n’avaient prévu ni service médical ni mesures de sécurité pour garantir de manière satisfaisante la sécurité des participants, mais également des usagers de la route".

Les gens qui iront manifester risquent d'être poursuivis en justice

La Préfecture considère donc cette manifestation dangereuse, et interdit le rassemblement. Elle ajoute : "organiser une manifestation non-déclarée ou participer à une manifestation interdite est passible de sanctions pénales pour les organisateurs (jusqu’à 6 mois de prison et 75 000 € d’amende) et les manifestants."