Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le préfet de Côte-d'Or s'exprime après les violences à Chenôve

-
Par , France Bleu Bourgogne

Après une série d'incendies et des violences urbaines à Chenôve, le préfet de Côte-d'Or, Bernard Schmeltz, s'est rendu sur place ce mardi, accompagné de Thierry Falconnet, le maire de la commune.

Le local "la boîte à vélos", totalement détruit après un incendie volontaire.
Le local "la boîte à vélos", totalement détruit après un incendie volontaire. © Radio France - Damien Mestre

La ville de Chenôve est-elle en train de basculer dans la violence ? Depuis ce weekend, les incendies se multiplient dans le quartier du Mail. Du mobilier urbain totalement détruit, pour des dommages estimés à plus de 80 000 euros, selon le maire, Thierry Falconnet. 

Le même scénario se répète chaque soir selon la préfecture : une trentaine de jeunes, parfois âgés d'une dizaine d'années à peine, incendient des voitures et du mobilier urbain. Une fois que la police et les pompiers arrivent, les fauteurs de trouble leur tendent une embuscade à coup de jets de pierre. 

"Ils sont la honte de leurs familles"

Le préfet Bernard Schmeltz s'est rendu sur place ce mardi. Il a voulu apporter son "soutien aux habitants" et rappeler l'utilité de l'investissement public dans les quartiers. "Quand il y a ce genre d'épisodes de violences, on peut être tenté de dire que l'argent que l'on met dans les quartiers ne sert à rien. Non, il faut au contraire se demander ce qu'il se passerait si l'on avait rien fait depuis des années. La réponse ne peut pas être seulement répressive".

"Ils sont la honte de leurs familles", Bernard Schmeltz.

Mais si la répression n'est pas la seule solution à long terme, le Préfet s'est quand même montré intransigeant avec les jeunes responsables de ces violences. Il en appelle à la responsabilité des parents, vis à vis de ces délinquants, qu'il qualifie de "honte pour leurs familles".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess